LA VICTOIRE ÉTAIT LARGEMENT À PORTÉE DE STICK

Les Lions peuvent, et doivent, une fois de plus, nourrir de sérieux regrets suite à leur nul face à la Nouvelle-Zélande. En effet, ils ont dominé largement la rencontre et se sont créés une dizaine d’occasions qui aurait dû faire pencher la balance en leur faveur. Malheureusement, comme depuis l’entame de la compétition olympique, ils ont manqué d’un peu de réussite mais, surtout, aussi, de réalisme devant la cage adverse.

Dès le coup d’envoi, les joueurs de Colin Batch se lançaient vers le but adverse. En quelques minutes, ils héritaient déjà de trois sérieuses possibilités via Florent Van Aubel, Jérôme Dekeyser et Gauthier Boccard avant que Tom Boon ne se mette, lui aussi, par deux fois, en évidence. La pression était constante et le jeu extrêmement rapide mais la Belgique ne trouvait pas la faille.

Après la pause, les attaquants belges ne trouvaient toujours pas la clé pour tromper la vigilance de Kyle Pontifex, continuellement sollicité. Il fallait finalement attendre la 48e minute pour que Tom Boon libère le millier de supporters belges, présent dans la Riverbank Arena, inscrivant au passage, son deuxième but du tournoi. On pensait alors la Belgique lancée d’autant plus qu’elle héritait encore de belles possibilités. Mais six minutes plus tard, c’était la douche froide lorsque Nicholas Wilson s’offrait un slalom dans le cercle pour égaliser.

Les échanges étaient alors beaucoup plus équilibrés et la rencontre pouvait basculer d’un côté ou de l’autre. Et quatre minutes avant le coup de sifflet final, les Kiwis héritaient de leur premier p.c. de la partie qui valait à Gauthier Boccard une carte jaune pour rouspétance (et une immense colère de Colin Batch dans les vestiaires). Mais heureusement, celui-ci ne donnait rien. Réduits à dix, les Lions faisaient bloc. Vincent Vanasch pouvait d’ailleurs encore compter sur un poteau bienveillant sur le dernier p.c. de la rencontre.

« Je pense pourtant qu’il s’agissait certainement de notre meilleure prestation depuis l’entame des Jeux, analysait après-coup John John Dohmen, une nouvelle fois impérial dans le milieu de terrain. Nous avons enfin eu une grosse de possession de balle et il n’y a pratiquement pas eu de déchet dans notre jeu. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit des JO et chaque équipe joue sa chance à fond. Nous savions depuis le début du tournoi qu’il faudrait s’imposer face à l’Inde pour essayer de décrocher cette troisième place. Ce match nul ne change donc pas grand chose à la situation. »

Mardi, face à l’Inde (17h), plus question donc de spéculer. Seule la victoire permettra de s’assurer de cette troisième place, en croisant les doigts pour la Corée n’obtienne pas un match nul face aux Pays-Bas.

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 6 août 2012.

 
© FIH

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By gonzague klein

    Dommage qu’un des meilleurs attaquants(le plus prolifique derrière les tireurs de pc) du championnat joue à l’arrière en bnt. Si il jouait à sa place de prédilection on serait peut être plus efficace dans le cercle et meilleur en défense avec un autre joueur qui serait un vrai défenseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.