LE WATDUCKS RÉUSSIT LA PASSE DE TROIS

Le grand final de la compétition de division d’honneur a largement répondu à l’attente. Tous les ingrédients ont été réunis pour offrir aux 3.000 spectateurs qui sont massés, ce dimanche, dans les tribunes du Racing, un spectacle de très haut niveau. Du suspense, du spectacle, des gestes techniques impressionnants mais aussi de l’intensité, de la puissance physique et des buts. Et si le Waterloo Ducks est finalement parvenu à émerger en fin de rencontre, lors de la seconde manche, après avoir remporté la première (2-4), ils ont tout de même souffert face à un excellent Dragons.

« Malgré la jeunesse de notre équipe, nous méritions beaucoup mieux que cette nouvelle défaite, confessait Felix Denayer, à l’issue du nouveau sacre du Watducks. Leur succès de samedi ne souffre aucun commentaire mais nous étions clairement au-dessus, ce dimanche. Tout s’est décidé après ma carte jaune. C’est clairement le tournant du match. Nous avions dominé les débats. Ils n’étaient certainement pas meilleurs que nous lors de ce deuxième duel. Ils étaient certainement plus forts que nous durant l’ensemble de la compétition régulière mais pas ce dimanche ! »

Après 2006, 2009, 2012 et 2013, les Brabançons décrochent donc un cinquième titre mais réalisent surtout le triplé. Un exploit réussit la dernière fois par… le Dragons, en 2001.

« Nous n’étions nulle part durant 50 minutes, reconnaissait Benjamin Van Hove, l’un des trois jeunes retraités du Watducks, aux côtés de Maxime Luycx et de Thomas Van den Balck. A 0-3, le titre s’envolait mais nous avons trouvé les ressources pour revenir. On a dû aller chercher ce titre. Personne ne nous l’a offert. Ce groupe est fabuleux et il a réagi avec les tripes. C’était un match extraordinaire entre les deux meilleures équipes belges actuellesMais ce n’est tout de même pas le plus beau titre. Cela reste clairement, celui remporté à l’Herakles alors que nous n’étions pas favoris ! »

« C’était un match de dingues, poursuivait de son côté Thomas Van den Balck. Nous avons beaucoup douté et à 0-3, cela commençait réellement à être très compliqué. Mais après le stroke, nous sommes parvenus à reprendre confiance pour faire basculer la partie. C’était une rencontre avec une intensité physique et des duels extraordinaires. J’espère que nous allons pouvoir conserver cela dans l’avenir avec tous les départs de nos meilleurs joueurs vers l’étranger. C’est important pour l’équipe nationale et le niveau général de notre compétition. »

Mais après ce succès, la saison n’est toujours pas terminée pour les deux équipes qui se retrouveront, à Eindhoven, en milieu de semaine prochaine pour les huitièmes de finale de l’EHL. Les Anversois se frotteront aux Néerlandais de Kampong tandis que les Brabançons affronteront les Anglais de Beeston, qui ont fêté, ce dimanche, un nouveau titre de champion d’Angleterre, tout comme le Watducks.

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 7 avril 2014.

hockeysoir3444
© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

2 Comments

  1. Reply Post By gonzague

    Fantastique finale entre deux belles équipes. Mais quelle mouche a piqué les arbitres pour changer leur manière de siffler dans les 20 dernières minutes. L’arbitrage était à sens unique en fin de rencontre.Pourquoi deux arbitres buxellois qui sont très  »copains » avec les joueurs francophones pour une telle finale. Qu’ on arrête les tu et à toi entre joueurs et arbitres, cela éviterait beaucoup de problèmes.

  2. @Gonzaque
    Tout à fait raison: très très dommage pour le hockey belge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.