JEF BROUWERS : « LES JOUEURS SE POSENT ENCORE TROP DE QUESTIONS ! »

Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pu senti cette équipe aussi fébrile. Pourtant, tous les indicateurs étaient au vert avant le tournoi qui devait permettre aux Red Lions d’entamer au mieux leur préparation pour la prochaine Coupe du monde, à la Haye. Mais depuis le début de la compagne indienne, les prestations ne suivent pas. Et si tout se jouait finalement dans la tête ? Jef Brouwers, le préparateur mental, a naturellement sa petite idée sur la question.

Jef, est-ce qu’il y a un problème d’envie ou de concentration dans le groupe ?
« Oui, c’est exact et je l’ai d’ailleurs déjà signalé à plusieurs reprises. Quand cette équipe n’a pas une clarté totale sur les attentes par rapport à un tournoi, elle est un peu perdue. Les joueurs ne possèdent pas une organisation mentale naturelle et ils sont, actuellement, occupés à se chercher. Pour eux, les résultats sont extrêmement décevants mais je ne pense pas qu’au niveau du jeu, ils se sentent coupables. Ils font tout ce qu’il faut pour atteindre de bons résultats mais cela ne fonctionne pas. »

Ils connaissent pourtant les attentes par rapport à cette compétition ?
« Je pense que l’objectif du tournoi est très clair, c’est d’apprendre. Mais dans le sport de haut niveau, lorsque l’on dit cela, ce n’est pas suffisamment clair pour tous les joueurs. Nous sortons d’un Championnat d’Europe où nous avons performé et nous voulons poursuivre dans cette voie. Mais, ici, en Inde, cinq titulaires sont absents et cela joue dans les esprits. Parce que cela détruit quelque peu ce concept de collectif et de structure mais aussi l’idée de progresser avec la meilleure équipe. Toutefois, au plus haut niveau, il faut accepter ces changements de manière inconsciente. Cela suscite donc des questions du style : Est-ce que ce tournoi est important ? Est-ce que l’on doit gagner ? Cela crée une certaine confusion dans les têtes. »

Avant le quart de finale, les joueurs se sont donc posés trop de questions ?
« Tout à fait, avant le duel face à l’Angleterre, il y a eu trop de discussions autour des aspects secondaires. Et je n’ai malheureusement pas pu éliminer tous ces éléments. Je me concentre toujours sur le match du jour en me focalisant sur les forces des individualités qui, ensemble, composent une équipe. Mais, ici, il y a avait trop d’enjeux. Les plus jeunes n’avaient rien à perdre et ils ont donc pu jouer libérés. Mais les plus anciens ont éprouvé beaucoup plus de difficultés. Si l’on souhaite vraiment arriver au top, il faut éliminer tout ce qui est incontrôlable et secondaire. Lorsqu’on l’on veut tout contrôler, on en arrive finalement à une situation où rien ne marche ! »

Mais ce sont des athlètes de haut niveau qui ne doivent normalement pas être influencés par ces détails ?
« C’est exact. Que ce soit le premier match, le troisième match, une rencontre avec de l’enjeu, ou non, rien ne doit théoriquement interférer dans les performances. Mais c’est la différence qui existe encore entre le haut niveau et le top niveau. »

La concurrence dans le noyau a-t-elle une grosse influence sur les performances de certains ? La Coupe du monde trotte déjà dans certaines têtes ?
« Oui, mais toujours de manière inconsciente. Et, ce sont les joueurs indépendants mentalement qui auront le plus de chance de décrocher leur sélection pour la prochaine Coupe du monde. Ceux qui se posent trop de questions sur la largesse du noyau, les qualités de leurs coéquipiers, les critiques dans la presse ou les éventuels choix du coach ne seront tout simplement pas sélectionnés. Un joueur doit simplement prester de la meilleure manière pour lui et pour l’équipe sans accorder la moindre attention à ce qui se passe à l’extérieur. »

Comment le groupe peut-il à présent se révolter pour arracher cette cinquième place ?
« Ils doivent se concentrer sur leur jeu naturel plutôt que se mettre une pression supplémentaire sur l’obligation de gagner ces deux matchs. Ils ont disputé leur meilleure rencontre face aux Pays-Bas alors qu’il n’y a avait pas d’enjeu ! Ils ont montré ce dont ils étaient capables car ils ont joué libérés. Ils doivent reproduire la même chose face à l’Argentine. C’est la seule manière pour eux de s’imposer. »

Laurent Toussaint, In Le Soir, vendredi 17 janvier 2014.

Jef Brouwers
© Hockeybelgium.be

Commentaires

2 Comments

  1. Reply Post By Philippe Chapel

    Dear Mr. Brouwers,

    Your speech in Le Soir is theorethically correct. However you failed in embodying it and as a consequence it is dreadful to read such a long kind of a posteriori, sorry to say, « bla-bla » justification for failure from your part.

    The difference that you mention between high level and top level unfortunately also seems to apply to you. I felt so free to read your profile and observed that you have never played at « top sport » level yourself, neither in sports, nor in business environments.

    Furthermore, somewhere in the interview, you mention « group concentration ». To my perception, a group or even team is made of individuals first, where in a SECOND stage,Together Everyone Achieves More. A group can’t show concentration, nor performance, nor everything. Only individuals, rightly coached can develop the appropriate mindset to perform as a team.

    So, to what extend are you personally the World Class inspirational Booster that these young players (still and unfortunately with a Belgian and not Anglo Saxon or Dutch mentality) need?

    Are you the natural equivalent of Marc Lammers in your field of expertise? I don’t think so according to what I read in the article and in your professional profile.

    Please do not take this personally. After all, we never met.
    Hockey, such as business is just a game. However sometimes a serious one. And if Belgium sticks to its publically conveyed ambitions, it can only afford to work with Top level Staff members, that do not justify themselves for failures or lack of authority.

    Kind regards,

    Philippe Chapel

  2. Dear Mr. Brouwers,

    I did not mean to put my earlier comment on a public wall.
    Therefore this message deliberately meant for all on the same wall.

    Kind regards,

    Philippe Chapel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.