SOFIE GIERTS : « JE PENSE QUE JE PEUX ME REGARDER DANS UNE GLACE ! »

Après l’annonce fait ce jeudi matin, l’Anversoise était naturellement sous le choc. Elle ne s’attendait certainement pas à une telle décision puisque, selon elle, les avertissements du staff, et de Pascal Kina en particulier, n’avaient jamais été clairement évidents.

Sofie, comment as-tu réagi en apprenant la nouvelle ?
« J’ai été vraiment surprise. Selon moi, les signaux n’étaient pas aussi clairs que ce que le staff prétend aujourd’hui. Lors des six derniers mois, nous avons effectivement parlé quelques fois avec Pascal mais sans plus. Et puis, lundi dernier, il semblait, tout d’un coup, y avoir beaucoup de problèmes. Le rendez-vous de ce matin a duré une quinzaine de minutes. J’ai posé beaucoup de questions mais je n’ai jamais réellement eu les réponses que je souhaitais. Il n’y a pas eu de véritable discussion ! »

Est-ce qu’il y avait effectivement des tensions dans le groupe ?
« Soyons honnête, dans un noyau aussi large que le nôtre, on ne peut pas s’entendre parfaitement avec tout le monde. Mais lorsqu’on se fixe un objectif commun, on travaille toutes pour aller dans la même direction. S’il n’y avait réellement pas eu de cohésion et d’esprit d’équipe au sein de ce groupe, nous n’aurions pas réussi ces résultats lors du tournoi qualificatif.»

Quel est ton état d’esprit aujourd’hui ?
« Mon rêve était évidemment de disputer les jeux olympiques. Mais la Fédération et le coach en ont décidé autrement. J’ai bouleversé toute ma vie pour pouvoir participer à la préparation, au tournoi qualificatif et aux JO. Je vais donc avoir besoin de quelques jours pour me remettre de cette décision brutale. »

Est-ce que tu es prête à éventuellement faire des excuses pour revenir dans le groupe ?
« Je pense honnêtement que je peux me regarder dans une glace. Même si dans la vie, tout n’est pas blanc ou noir. Je peux entendre que certains ont peut-être des choses à me reprocher. J’ai effectivement un caractère très fort. Mais au niveau sportif, je n’ai jamais connu le moindre souci. J’ai joué dans les plus grandes équipes avec les meilleures joueuses du monde. Si j’étais aussi insupportable qu’on le dit aujourd’hui, j’aurai déjà connu de gros problèmes plus tôt dans ma carrière. »

Est-ce que tu as eu des joueuses de l’équipe nationale au téléphone depuis ce matin ?
« Tout à fait, j’ai reçu plusieurs appels. Mais je préfère garder cela pour moi. Les messages étaient très gentils mais cela ne regarde que moi. »

Entretien : Laurent Toussaint


© ARBH

 

Commentaires

One Comments

  1. Je ne connais pas sofie, mais je crois qu’elle est une des meilleures joueuses belges. Ce serait dommage de se passer de son experience et de son talent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.