PASCAL KINA : « NOUS AVONS PRIVILÉGIÉ LA COHÉSION DU GROUPE ! »

Le coach des Belgian Panthers n’a pas esquivé la presse et il a répondu aux questions des journalistes pour expliquer et motiver la décision unanime prise par le staff.

Pascal, ce choix était devenu inéluctable ?
« Soyons clair, la décision est très simple à motiver. Nous avons voulu privilégier la cohésion du groupe par rapport à l’individu. La situation devenait intenable dans le noyau. Sofie a toujours pris nos différentes remarques à la légère. Elle était même surprise au moment où nous lui avons annoncé notre décision. »

Avait-elle déjà reçu des avertissements suite à son comportement ?
« Il n’a jamais été question d’avertissements mais bien de discussions à bâtons rompus.  Nous ne lui avions pas donné d’avertissements mais nous avions eu plusieurs discussions à bâtons rompus. Nous lui avions exprimé nos griefs à diverses reprises mais elle ne les a jamais considérées avec sérieux. Ses réactions n’ont jamais été adéquates suite à ces multiples mises au point. Nous avons dû accepter beaucoup de choses terribles. Mais c’est évident que la décision n’a pas été évidente à prendre car je suis persuadé que Sofie aurait pu nous apporter énormément de choses dans le jeu. Je voulais l’utiliser comme attaquante et, face aux grosses nations mondiales, elle nous aurait certainement apporté toute son expérience. »

Pourquoi avoir pris cette décision aujourd’hui ?
« Honnêtement, nous avons voulu éviter un drame durant la quinzaine olympique. Nous avons clairement gardé beaucoup de choses dans le groupe au cours de ces derniers mois et de ces dernières semaines. Lorsque tu gagnes, tout se passe relativement bien. Voilà pourquoi, nous avons franchi le cap du tournoi qualificatif sans trop d’encombres. Mais nous sommes bien conscients que durant les JO, tout aurait été bien plus compliqué à gérer. Il ne fallait pas que nous puissions avoir peur de ce qui aurait pu arriver à Londres. »

Quelle  a été la réaction des joueuses ?
« Nous avons parlé ouvertement avec le groupe ce jeudi après-midi. Et les réactions ont été plutôt sereines car il n’y avait pas besoin de recontextualiser la situation. Nous leur avons expliqué simplement les événements et nous les avons mises en garde contre toutes réactions impulsives et incontrôlées. Ensuite, nous nous sommes entraînés normalement. »

 Entretien : Laurent Toussaint


© ARBH

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.