UNE REMISE EN QUESTION SALUTAIRE POUR LES RED LIONS ?

Certaines défaites peuvent être profitables dans un tournoi. Le revers face à l’Australie, jeudi, lors de leur troisième rencontre de la compétition, place ainsi les joueurs belges devant leurs responsabilités à l’aube de leurs deux derniers matchs de poule. Le capitaine Jérôme Truyens a accepté de s’expliquer sur les cinq raisons principales de l’échec face aux Kookaburras.

1. Une entame de match catastrophique. Comme face à l’Inde et à la Malaisie, les Belges ont une nouvelle fois loupé leur premier quart d’heure. « C’était l’un des points essentiel de notre débriefing. Est-ce qu’il s’agit d’une confiance excessive ? C’est difficile à dire. En tous cas, face à l’Australie, nous encaissons deux buts parce que nous ne sommes pas suffisamment concentrés. Il s’agit d’une caractéristique commune à ces trois premiers matchs mais qui n’est pas encrée dans notre manière de jouer. C’est donc quelque chose que nous pouvons changer. »  

2. Un manque d’agressivité dans les duels. Les Lions ont manqué de hargne dans chacune dans leurs interventions défensives.« L’intention était pourtant bel et bien présente dans le groupe avant le match. Nous aurions dû encore monter un peu plus en pression lors de l’échauffement. Nous serions alors montés réellement avec le couteau entre les dents sur le terrain au coup d’envoi et nous n’aurions peut-être pas encaissé ces deux buts. »

3. Un milieu de terrain impuissant. C’est habituellement l’arme fatale de la Belgique pour étouffer ses adversaires. Face à l’Australie, Jérôme Truyens, John John Dohmen et Felix Denayer ont été complètement neutralisés par leurs opposants. «  Ce qui fait notre force habituellement, c’est que nous gagnons beaucoup de balles dans le milieu. Pourtant, jeudi, nous ne sommes pas parvenus à museler leurs milieux. En phases offensives, les balles ne sont pas passées par nous et nous n’avons pas eu la possibilité de nous mettre en évidence. Mais face au meilleur entrejeu du mode, nous n’avons pas réussi à les canaliser. »

4. Un penalty défaillant. Avec un triste 0/6 sur p.c., les Red Lions sont passés complètement à côté de leur rencontre. « Nous avons peut-être eu trop tendance à privilégier les phases et à adapter nos p.c. sur la sortie adverse. A l’avenir, nous ferons certainement un peu plus confiance à nos sleepers qui sont de classe internationale. Ils peuvent marquer des buts et nous relancer dans le match. Nous avons effectué de mauvais choix. »

5. Une attaque peu percutante. Malgré d’excellentes statistiques en nombre de pénétrations dans le cercle et de tirs aux buts, les attaquants marquent trop peu. «  Il faut relativiser un peu tous ces chiffres. Au cours de ces dernières années, nous sommes arrivés à un stade où nous nous créons énormément d’occasions en match. Mais on ne peut pas marquer quatre ou cinq buts à tous les matchs. Nous possédons des attaquants extrêmement talentueux. Mais ce sont des joueurs qui ont besoin d’avoir confiance en touchant beaucoup la balle. On doit surtout leur donner de bonnes balles pour qu’ils soient efficaces. »

Laurent Toussaint (à La Haye), In Le Soir, samedi 7 juin 2014.

Jérôme Truyens
© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.