LE DRAGONS RELANCE DANS LA COURSE VERS LES PLAYOFFS

Les mines étaient plutôt déconfites du côté des joueurs du Léopold à l’issue de la rencontre. Et c’est Michaël Van Cutsem, l’entraîneur local qui résumait le mieux la situation. « Nous ne parvenons pas à nous créer de grosses occasions de buts dans le cercle adverse et c’est notre problème depuis le début de la saison. Et, en ce qui concerne les p.c. qui nous rendent habituellement des services, cela n’a pas fonctionné non plus cet après-midi. Nous avons eu deux occasions dont un seul tir en seconde période, c’est trop peu. »
Et c’est clair que la rencontre n’a pas été des plus passionnantes à suivre, principalement en première période. Cinq p.c. dont un but de Jérôme Dekeyser et une seule grosse occasion avec un tir croqué juste à côté de la cage de Mathieu Van Beneden, toujours des oeuvres du meilleur artificier du Dragons, c’est un peu léger pour un match de cette importance.
Pour les visiteurs, le constat était simple. la victoire était obligatoire pour encore espérer raisonnablement décrocher une place pour le dernier carré. Du côté du Léopold, les trois points signifiaient une avance plus confortable pour aborder les dernières rencontres de la compétition régulière.


Pourtant, dès l’entame de la seconde période, c’est toujours le Dragons qui montrait le nez à la fenêtre avec une nouvelle occasion cinq étoiles pour Jérôme Dekeyser qui plaçait à nouveau à côté. Ensuite, les deux équipes se livraient un duel musclé et tendu dans l’entre-jeu. Il fallait attendre la 62ème minute pour assister à un tir tendu de Jonathan Beckers bien repoussé par Kyle Pontifex qui effectuait alors son premier arrêt de la rencontre.
Trois minutes plus tard, l’incontournable Jérôme Dekeyser était à la conclusion d’une formidable phase collective entre Xavier Reckinger (excellent en seconde période) et Jeffrey Thijs. Les Anversois pensaient alors que le plus difficile était fait mais Martin Vandenborght convertissait, enfin, le cinquième p.c. du Léopold. Mais il était trop tard pour les joueurs ucclois.
« Le groupe respire, expliquait, après-coup, le buteur visiteur. Le noyau était sous pression durant toute cette semaine. Maintenant, on doit réaliser un six sur six et continuer à tout donner. »

Commentaires

2 Comments

  1. Kina a-t-il encore sa place au bord d’un terrain de hockey ?
    Loin de moi l’idée de douter de ses qualités de coach, bien qu’avec 5 internationaux et 2 joueurs en U21 il est quand même étonnant de devoir cravacher jusqu’à la dernière minute contre une équipe du Pingouin bien valeureuse mais qui n’a en 17 rencontres réussi à s’imposer qu’à 2 reprises.
    Le comportement du personnage ne correspond absolument pas avec l’image positive et les valeurs éducatives, sociales et familiales du hockey.
    Le coach des équipes de jeunes de la Gantoise et de l’équipe U21 Belge a une fois de plus dépassé les limites du tolérable au bord d’un terrain de hockey.
    Gantoise – Pingouin était un match à enjeu, plus encore pour la Gantoise qui cette année a fortement investi dans le staff et dans l’effectif de son équipe fanion.
    Doit-on pour cela accepter le débordement de Kina après le coup de sifflet final.
    Le bras d’honneur qu’il a fait en direction des supporters et des joueurs Nivellois est inacceptable.
    A la Gantoise, Kina est un peu Dieu le Père comme Mitterant mais à la Fédération je ne peux pas m’imaginer que, notre Président Marc Coudron pour qui le mot fair-play reste une valeur importante du hockey, tolère ce comportement. Affaire à suivre.

  2. Kina a-t-il encore sa place au bord d’un terrain de hockey ?
    Loin de moi l’idée de douter de ses qualités de coach, bien qu’avec 5 internationaux et 2 joueurs en U21 il est quand même étonnant de devoir cravacher jusqu’à la dernière minute contre une équipe du Pingouin bien valeureuse mais qui n’a en 17 rencontres réussi à s’imposer qu’à 2 reprises.
    Le comportement du personnage ne correspond absolument pas avec l’image positive et les valeurs éducatives, sociales et familiales du hockey.
    Le coach des équipes de jeunes de la Gantoise et de l’équipe U21 Belge a une fois de plus dépassé les limites du tolérable au bord d’un terrain de hockey.
    Gantoise – Pingouin était un match à enjeu, plus encore pour la Gantoise qui cette année a fortement investi dans le staff et dans l’effectif de son équipe fanion.
    Doit-on pour cela accepter le débordement de Kina après le coup de sifflet final.
    Le bras d’honneur qu’il a fait en direction des supporters et des joueurs Nivellois est inacceptable.
    A la Gantoise, Kina est un peu Dieu le Père comme Mitterant mais à la Fédération je ne peux pas m’imaginer que, notre Président Marc Coudron pour qui le mot fair-play reste une valeur importante du hockey, tolère ce comportement. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *