Le Racing a-t-il ses chances à Cambrai ?

Jean-Louis, j’imagine que c’était important pour le Racing de remporter un second titre en salle cette année ?
« Le titre en salle était un des deux objectifs de notre saison. Le deuxième est bien sûr de figurer dans le top 6 à l’extérieur. La salle permet non seulement à beaucoup de joueurs de rester en forme et avec des objectifs tout au long de la saison mais beaucoup d’entre eux y trouvent également un réel plaisir. Il ne faut pas non plus négliger « la vitrine » que peut représenter un titre en salle. D’années en années le nombre d’adeptes de la salle est croissant. Nous essayons de montrer notre dynamisme à ce niveau. »

Dans quel état d’esprit partez-vous à la Coupe d’Europe à Cambrai qui débute ce vendredi ?
« Le groupe de joueurs et le staff d’encadrement sont gonflés à bloc. Le Racing est fier de représenter la Belgique au niveau international et tentera de remonter notre pays en poule B.  Nous avons joué plusieurs matchs amicaux contre Valencienne (France), le Servette de Genève (Suisse) et des Biélorusses pour tâter le « grand bain » international….et nous nous en sommes pas trop mal sorti. »

Mais ce ne sera pas évident…
« Effectivement, rien ne sera simple. Nous affronterons tout d’abord les Slovaques de Senkvice. Certes, ils sont plus réputés pour les prestations de leurs équipes de hockey sur glace mais leurs équipes de hockey en salle ne sont pas à négliger. En effet, leur équipe nationale, avec 9 joueurs de Senkvice vient de terminer 3ème du groupe B de la Coupe d ‘Europe des nations, en tenant en échec les deux promus, la Hollande et le Danemark. Leur jeu est essentiellement défensif basé sur une défense de zone en « dé de 5 », sur des contre-attaques ultrarapides et un PC très efficace. Nous devrons jouer à 100 % pour pouvoir nous imposer. »

Et la suite du programme n’est pas plus évidente…
« Exact. Nous affronterons, ensuite, les Gallois de Swansea Bay, promus du groupe D. il s’agit d’une équipe assez rugueuse au jeu technique frustre mais qui « ne lâche jamais rien » comme toutes les équipes anglo-saxonnes. Enfin, last but not  least, nous devrons jouer Cambrai qui accueille cette Coupe d’ Europe. Rencontrer un adversaire évoluant dans ses installations n’est jamais une sinécure mais alors jouer à Cambrai à Vanpoulle, c’est comme jouer, en football, Bastia à Furiani ou l’O.M. au Stade Vélodrome .De plus, l’équipe locale est connue pour son hermétisme défensif, que n’aurait pas renié Helenio Herrera, l’inventeur du catenaccio. »

Revenons quelques instants au championnat qui reprend ce dimanche. Quel bilan tires-tu du premier tour avec le recul ?
« Il est évident que nous sommes super contents de notre classement actuel. Nous avons joué match par match, sans se prendre la tête. Le groupe est soudé et reste la tête sur les épaules. Je ne pense pas que les résultats ne soient que le fruit du hasard ou « de la balle qui roule dans le bon sens ». Tous les joueurs se sont investis à fond dans le projet présenté par Marcelo Orlando. Ils ont également trouvé en Olivier Léonet un préparateur physique hors pair et en Philippe Truyens un manager qui les chouchoute le groupe. Nous avons connu un seul gros « couac », lors de notre match à domicile contre l’Antwerp. Nous menons 4-3 à trois minutes du terme et nous laissons filer la rencontre. C’est le sport….mais cela peut laisser des traces. La rencontre suivante contre l’Orée en a été la preuve. Heureusement la trève est ensuite arrivée à point. »

Et les deux transferts se sont également révélés extrêmement positifs ?
« Tout à fait, Eugenio Paulon et Alfredo Mesa se sont très bien intégrés au club et dans l’équipe. Dès leur première saison, je peux dire qu’il s’agit de vrais clubmen et de véritables « renforts ». Ils sont très talentueux
. »

L’objectif du Racing pour cette saison a-t-il évolué ?
« Il n’est pas dans mes habitudes de changer des objectifs en cours de saison. Nous nous étions fixé, comme je l’ai déjà dit, une place dans le top « 6 »… Maintenant il est vrai que l’appétit vient en mangeant. Voici trois saisons nous avions créé un groupe, « Racing 2010 », destiné à se donner les moyens de figurer dans les play-offs lors de l’année 2010… peut-être serons nous une année en avance. Nous avons, en tous cas, continué, en plus de la salle, à nous entraîner pour mettre tous les atouts de notre côté. Nous avons même affronté Bloemendael et sa vedette Teun De Noojier vendredi dernier. »

Enfin, dernière question. Quel est le projet sportif du club pour ces prochaines années ?
« Depuis trois saisons, le Racing a, grâce à l’appui de son conseil d’administration et ses actionnaires, pu financer à 100 % sur fonds propres la construction d’un deuxième terrain. Notre objectif suivant vise l’installation d’une buvette entre nos deux terrains et la réfection de notre tribune historique (et en voie de classement) qui date de près d’un siècle. Au niveau des jeunes après une première restructuration, c’est avec énormément de volonté, d’engouement et travail que Nico Truyens a repris la direction de formation des jeunes au club. D’années en années, nous essayons d’améliorer l’encadrement et tentons que les jeunes prennent un réel plaisir à joueur leur sport favori. »

Entretien : Laurent Toussaint

Commentaires

One Comments

  1. Et va-t-on parler de Fabrice DELATTRE ??? Transfuge du Racing à Cambrai pour la saison indoor ??? Et bien non ! « Roubi » risque d’être vexé et de vous mettre quelques p’tits goals …. ah ! ah ! ah !
    Humour ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *