LES RED LIONS NE VEULENT PAS CALCULER

Après le revers de ce lundi soir, face à l’Allemagne, lors de l’entame de leur tournoi olympique, les joueurs belges sont restés assez sereins. Frustrés par le résultat et par l’intime conviction qu’ils auraient pu décrocher un match nul, ils ont rapidement tournés la page pour se reconcentrer sur la deuxième échéance fixée face à leurs voisins du Nord. « Mais si nous savions que ce match serait compliqué, nous nous sommes rendus compte que cette rencontre était à notre portée, confiait Maxime Luycx, après une courte nuit de sommeil. Il y a donc clairement une pointe de déception que nous avons vite évacué afin de porter toute notre attention sur le duel face aux Pays-Bas. Nous avons tiré les enseignements de cette partie pour ne plus commettre les mêmes erreurs dans le futur. »

Car l’avenir, c’est effectivement un affrontement périlleux face aux Néerlandais. Une équipe qui n’a jamais beaucoup réussi aux hommes de Colin Batch. « C’est vrai que ces duels ne sont généralement pas simples, poursuit le joueur le plus capé du groupe avec ses 325 sélections. Mais pas question de trop gamberger. Chaque rencontre de notre poule sera difficile. Nous en sommes bien conscients. Ici, cela va se jouer sur des détails comme toujours. Mais on a choisi de ne pas regarder vers le passé. Nous avons préparé cette partie minutieusement et nous serons fins prêts lors du coup d’envoi. »

Si le style de jeu de la Mannschaft convenait bien mieux aux Belges, celui des Pays-Bas leur a souvent posé des problèmes. Vifs et rapides en contre-attaque, il faudra se montrer intraitable dans les duels avec les Bataves. « Nous savons qu’ils  vont nous mettre continuellement sous pression, poursuivait de son côté, Jérôme Dekeyser, buteur face à l’Allemagne. Il faudra donc rester calmes et lucides dans tous les secteurs du jeu afin de pouvoir, nous aussi, les mettre en difficultés. »

Les attaquants auront donc un rôle important à jouer pour tenter de faire sauter le verrou défensif néerlandais. « Il faut certainement un peu plus réfléchir lorsque nous rentrons dans le cercle afin de choisir la bonne option, conclut encore celui qui avait terminé comme meilleur buteur belge à Pékin avec cinq réalisations. C’est souvent la dernière passe qui fait défaut jusqu’à présent. Nous avons trop tendance à nous précipiter. Nous devons prendre des initiatives réfléchies et nous savons que cela paiera. Les attaquants forment un petit groupe à part dans l’équipe. Nous sommes tous conscients de notre rôle et nous allons poursuivre le travail. Lundi, nous avons manqué de réussite mais un jour n’est pas l’autre. »

Le rendez-vous fixé, ce matin, à 10h45, aura déjà des incidences sur la suite de la compétition. En effet, si la Belgique parvenait à décrocher la deuxième place de sa poule, cela lui donnerait accès aux demi-finales tandis qu’une troisième position offrirait la possibilité de disputer le match pour la cinquième place. Les Lions l’ont répété encore ces dernières heures, ils veulent terminer dans le Top 6. Il faudra donc qu’ils prouvent, dès aujourd’hui, qu’ils ont bien les moyens de leurs ambitions pour y parvenir…

Laurent Toussaint, in Le Soir, mercredi 1er août 2012. 


© FIH

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *