Louvain se rapproche du Top 4 !

Avant une longue trêve hivernale de trois mois, les Louvanistes rendaient visite à une équipe du Racing en manque d’inspiration depuis le début du mois (4 points récoltés sur 9 possibles). Et si beaucoup espéraient un face à face entre les deux meilleurs artilleurs du pays (Pau Quemada et Tom Boon), l’ouverture du score vint du stick de Genestet, qui trompa Gucassoff d’un shot en revers, après 21 minutes de jeu. Deux minutes plus tard, le gardien ucclois pouvait à nouveau se retourner suite à un débordement de Fabrice Bourdeaud’hui conclu avec rage par Renaud Pangrazio (0–2). Piqués au vif, les Rats réagissaient. Et sur un coup-franc rapidement joué, De Mot servait Charlier qui poussait la balle dans le goal vide (1–2). Mais sur la remise en jeu, Pangrazio profitait des largesses de la défense bruxelloise pour servir Genestet qui trompait Gucassoff pour la seconde fois de l’après-midi (1–3). Et alors que la mi-temps approchait, les Louvanistes se faisaient de nouveau surprendre sur un coup-franc rapidement joué, bien suivi par Catlin au second poteau (2–3).

Après un début de deuxième acte assez terne, intervenait le tournant du match : évoluant à 11 contre 9 (suite aux exclusions temporaires de Pangrazio et Jacquet), le Racing se faisait surprendre par la fougue de Quemada. L’international espagnol récupérait une passe uccloise mal calibrée et, après un raid de 50 mètres, allait tromper Gucassoff, pas exempt de tout reproche sur l’action (2–4). Touché dans son orgueil de buteur, Tom Boon lui donnait la réplique 120 secondes plus tard, sur un p.c. en pleine lucarne (3–4). Malgré trois occasions et la mainmise sur le jeu, le Racing ne trouvait pas l’ouverture. Les Bruxellois décidaient alors de jouer les 5 dernières minutes sans gardien. Mal leur en a pris puisque sur un contre rapidement mené, Bourdeaud’hui servait Garcia, qui se faisait un plaisir de sceller le sort de la rencontre (3-5).

Jean-Philippe Brulépouvait difficilement cacher sa déception au terme de la partie : « On s’est montré trop approximatif dans notre jeu. On a eu des possibilités et on ne les a pas exploitées, c’est dommage. Maintenant il faut reconnaître que Louvain joue bien le coup et c’est mérité parce qu’ils en voulaient plus que nous aujourd’hui. »

A l’inverse, Fabian Van Kerckhove, capitaine louvaniste, était tout sourire : « Depuis quelques semaines, on affiche une excellente mentalité et ça se ressent sur le terrain. Aujourd’hui, on avait un objectif clair, à savoir la victoire. Et on a été la chercher. Je regrette juste que la trêve arrive si tôt parce qu’on est actuellement dans une excellente dynamique… »

Maxim Baworowski, In Le Soir, lundi 19 novembre 2012.


© Euro Hockey League / Frank Uijlenbroek

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.