LE LÉO RETROUVE LE DERNIER CARRÉ

Fêter son retour en playoffs, à domicile, face au champion en titre : les Ucclois ne pouvaient rêver plus beau scénario. Mais pour cela il fallait déjouer les plans des joueurs de Brasschaat. Et même si, en ce moment, rien ne semble pouvoir résister au Dragons, le Léopold a parfaitement rempli sa mission. Galvanisés par l’enjeu, les Bruxellois débutaient le match dans une ambiance indescriptible, au son des vuvuzelas et des tambours. De mémoire de Bruxellois, on n’avait plus vécu ça depuis longtemps du côté de l’Avenue Dupuich. Dès la 3ème minute, Manu Leroy devait s’employer pour sortir un tir à plat de Dimitri Cuvelier et calmer les ardeurs locales. Mais ce n’était que partie remise puiqu’à la 11ème minute, Agustin Corradini profitait du premier p.c. de l’après-midi pour débloquer le marquoir d’un puissant sleep à ras de sol (1-0). Et le milieu de terrain argentin remettait le couvert 6 minutes plus tard, également sur p.c., d’un envoi en pleine lucarne (2-0).

Malgré ces deux buts d’avance, le Léopold continuait à jouer le jeu à fond, se trouvant régulièrement à dix dans la moitié de terrain adverse. Et ce gros travail fut justement récompensé à la 30e minute lorsque Maxime Tys, esseulé au second poteau, exploitait parfaitement un centre pour faire 3-0.

Tombée à point nommée, la pause réveilla légèrement les Anversois. Sur la première occasion de la seconde période (47e), une petite balle anodine de Florent Van Aubel repoussée par Quentin Walravens était bien suivie par Renaud Pangrazio, qui n’avait plus qu’à pousser dans le goal vide (3-1). Si les locaux pouvaient craindre que ce but n’attise les intentions des visiteurs, ce ne fut que feu de paille. De fait, en dehors d’un arrêt décisif devant Charles Vandeweghe (54e), Quentin Walravens passait (à l’image de son match) une fin d’après-midi fort tranquille.

A la fin des 70 minutes, le gardien bruxellois ne cachait d’ailleurs pas sa joie : « C’est magnifique cette qualification obtenue face au Dragons ! C’est le résultat de l’énorme travail réalisé depuis plusieurs mois par un groupe très homogène. » Mika Van Cutsem se montrait à peine plus tempéré : « En première période, on a livré une partition quasiment parfaite. Ensuite, mes joueurs se sont montrés un peu stressés. A la mi-temps, je leur ai dit que ce match n’était pas terminé, malgré nos trois buts d’avance. On sait qu’en hockey, la moindre erreur se paie cash. » Et le coach local de conclure : « Mathématiquement ce n’est pas fait mais il faudrait un énorme concours de circonstances pour ne pas être en playoffs ». De son côté, Pangrazio reconnaissait tout le mérite ucclois : « Même si nous n’avons pas réussi à développer notre jeu aujourd’hui, ce résultat est amplement méritée pour le Léo ».

Avec cette victoire, les « Léoniens » peuvent désormais se targuer d’être la deuxième équipe (après le Racing) à avoir battu les Anversois cette saison. Idéal pour la confiance à dix jours de l’entame des playoffs…

Maxim Baworowski, In Le Soir, lundi 23 avril 2012.


© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

2 Comments

  1. Reply Post By gonzague klein

    Belle perf du Léo mais le dragons était fort déforcé(Petre,Cobbaert,vandooren et Stockbroeckx malade ou blessé). Mais parvient à donner des points à Petre qui n’a pas joué….

  2. Reply Post By gonzague klein

    …la libre parvient à donner des points à Petre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.