LE DRAGONS A ASSURÉ SON TICKET POUR LA PROCHAINE ÉDITION DE L’EHL

Toujours privé de Maxime Luycx et Gauthier Boccard, le Watducks se déplaçait chez le leader anversois. Malgré beaucoup de rythme dans la circulation de balle et un beau combat dans l’entrejeu, les deux équipes n’ont pas offert du grand spectacle aux nombreux spectateurs présents du côté de Brasschaat. Du moins, en première mi-temps. De fait, excepté un tir trop croisé de Jeffrey Thys, les gardiens ne furent jamais réellement inquiétés lors des 35 premières minutes.

Les 22 acteurs entamaient toutefois le second acte avec de bien meilleures intentions. Et, dès la 36e minute, Vincent Vanasch sortait le grand jeu devant Florent Van Aubel, étrangement seul dans le cercle brabançon. Deux minutes plus tard, sur le premier p.c. de l’après-midi, Loïck Luypaert délivrait les siens d’un sleep puissant tiré à ras de sol (1-0). Le match était enfin lancé !

Mais, malgré plusieurs incursions dans le cercle adverse (dont 3 p.c.), les Canards ne se montraient pas vraiment à leur avantage en zone de conclusion. Et c’est même le Dragons qui doublait la mise en toute fin de rencontre : Florent Van Aubel, d’un superbe tir en revers haut, trompait la vigilance de Vanasch et assurait la victoire aux hommes d’Eric Verboom

Au terme des 70 minutes, le buteur bruxellois tempérait toutefois l’euphorie des siens : « On n’a pas livré notre meilleur match de la saison, loin de là. On s’en sort donc plutôt bien avec cette victoire. Mais, avec cette qualification pour l’EHL la saison prochaine, on a rempli la première partie de notre contrat. On peut désormais se concentrer sur les playoffs ». Et Manu Leroy de confirmer : « Il fallait que l’on décompresse un peu après notre superbe performance européenne du week-end précédent. Cela explique probablement que les choses ont été un peu laborieuses aujourd’hui et que la victoire ait mis longtemps à se dessiner. Mais on empoche les trois points et c’est bien là l’essentiel. »

Du côté des visiteurs, on ne se montrait pas tellement négatif au sortir du terrain. A commencer par le coach, Pascal Kina : « On peut avoir quelques regrets. Je pense que ce Dragons-là était prenable. Mais le problème est que l’on met beaucoup trop de temps à rentrer dans ce match. Et dans les 25 derniers mètres, on manque de consistance. » Même analyse pour Max Luycx, qui a suivi le match de ses couleurs depuis les tribunes: « On a clairement manqué de réalisme en zone de finition. C’est dommage parce qu’on s’est montré au niveau du Dragons, voire supérieur par moments. Mais c’est de bon augure en vue des playoffs. »

Même si l’on voit mal ce qui pourrait empêcher ce Watducks-là de prendre part aux prochaines demi-finales du championnat, tout reste encore à jouer pour décrocher l’un de ces précieux tickets: en effet, cette défaite de Waterloo, combinée aux victoires du Léo et de Louvain, nous promet deux dernières journées qui vaudront la peine d’être vécues.

Maxim Baworowski, In Le Soir, lundi 16 avril 2012.


© Nicolas Leroy
Commentaires

3 Comments

  1. Flo Van Aubel, buteur « bruxellois » ? Depuis quand ?

  2. Sauf erreur de ma part, Florent a fait ses classes de jeunes à Bruxelles, d’où « joueur bruxellois »… Quand Simon et Thomas s’illustrent avec OZ, ne peut-on pas parler de joueurs « belges » ?

  3. Sans vouloir rentrer dans une polémique pour si peu de choses, je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous: un joueur belge reste un joueur belge même si il joue à OZ. Un gantois jouant aux Dragons n’en devient pas nécesssairement un joueur bruxellois parce qu’il a fait ses classes à l’Orée. Subtile différence, je l’admets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.