XAVIER RECKINGER : « AUJOURD’HUI, TOUT LE MONDE RÊVE DE FAIRE PARTIE DES RED LIONS ! »

Xavier Reckinger est une personnalité attachante. Hyper professionnel, passionné, volubile, le joueur du Braxgata est incontestablement l’un des leaders de ce groupe. Et après dix années passées sous le maillot de l’équipe nationale, il continue à impressionner par sa combativité et sa volonté de progresser. A 27 ans, il est également l’un des acteurs principaux de cette évolution qui a permis à la Belgique de venir frapper, aujourd’hui, aux portes du gratin mondiale.

Reck, quel bilan tires-tu de ce premier tour de la compétition ?
« C’est dommage que nous n’ayons pas pu faire mieux lors de cette rencontre face à l’Inde. Mais de manière globale, nous sommes effectivement en phase d’amélioration et de progression. On travaille les détails qui clochent. Face à l’Afrique du Sud, on a clairement dû se battre pour aller chercher cette victoire et nous avons livré une bonne prestation d’ensemble. Nous avons enfin été consistants pendant septante minutes. C’était important. »

Quels sont justement ces points et ces détails sur lesquels vous insistez ?
« Ce n’est pas un secret. Nous devons améliorer notre finition. On se crée un paquet d’occasions mais nous ne les mettons pas au fond. Pour en revenir au match d’hier, nous aurions pu mener 3 ou 4-0 la pause sans que cela ne soit forcé. Il faut aussi travaillé sur la consistance défensive. Nous avons réussi à le faire face à l’Afrique du Sud mais il faut que cela soit ainsi lors de tous nos matchs. Les grandes équipes mondiales comme l’Australie ou l’Allemagne n’offrent jamais d’occasions à leurs adversaires. Ce n’est pas encore notre cas aujourd’hui. Mais, à côté de cela, nous n’avons pas joué beaucoup de matchs ensemble pour nous préparer au mieux pour cette compétition. Nous terminons notre phase de rodage. Les automatismes vous nous aider à ne plus commettre ces erreurs. »

Les conditions de jeu ont également joué un rôle ?
« Oui, peut-être, mais c’est la situation est la même pour toutes les équipes. La chaleur, l’altitude handicapent tout le monde. Notre préparation n’a pas été terrible vu les terribles averses qui  se sont abattues sur le pays entre notre arrivée et le début du tournoi. Nous n’avons pas pu nous entraîner comme il le fallait. Mais, c’était la même chose pour l’Afrique du Sud qui avait programmé des rencontres amicales qu’elle n’a jamais eu l’occasion de disputer ! »

Comment abordez-vous ce duel face au Canada ?
« Il faut être conscient de ses qualités et de ses capacités. Nous sommes meilleurs qu’eux et il faudra garder le même niveau d’intensité durant les septante minutes. Comme toujours, il est important de travailler dur dans le jeu sans se préoccuper de l’adversaire. Mais pour en revenir au match face au Canada, ils sont très physiques et ils possèdent beaucoup d’expérience. Ils se trouvent bien sur le terrain mais, en seconde période, ils risquent de souffrir physiquement. Nous les avons battu à de multiples reprises mais un match en compétition officielle est quelque chose de totalement différent. Ils défendent bien et ils tenteront de profiter d’un espace pour marquer un but. Il ne faut donc pas qu’ils marquent en premier sinon la partie s’annonce compliquée. Ils bétonneront derrière et nous aurons difficile à rentrer dans le cercle. »

Retrouvez la totalité de l’interview de Xavier Reckinger sur le site de l’ARBH.

Laurent Toussaint (à Johannesburg)

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By Van Neer M-C

    Et tout le monde d’aller au J O de Londres! Belle analyse d’un pro qui en veut. Belle prestation cantre le Canada… Nous avons vu les Red Lions comme on les aime!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.