UN ÉCHEC QUI DOIT SERVIR DE LEÇON

Cela devait être le match de la confirmation. Et pourtant, les Red Lions sont passés complètement à côté de leur duel au sommet face à l’Australie. Pour leur troisième rencontre de groupe dans cette Coupe du monde, les Belges affrontaient les champions du monde en titre avec comme ambition de rester au contact des Kookaburras en tête de la poule A. Mais le match a vite tourné au vinaigre pour les Lions qui n’ont jamais été en mesure d’inquiéter réellement leurs adversaires du jour.

Après seulement neuf minutes de jeu, le score était déjà de 0-2 en faveur des Australiens qui avaient parfaitement exploité leurs deux premières occasions. « Nous avons totalement loupé notre première mi-temps, admettait John John Dohmen. Nous n’avons pas été suffisamment agressifs dans la finition et nous les avons beaucoup trop laissé jouer dans les différents secteurs du jeu. Nous leur avons également offert de trop nombreuses opportunités en perdant un nombre incalculable de balles. »

Une dérive collective dans les différents secteurs du jeu qui n’empêchait toutefois pas la Belgique de se créer de belles possibilités devant le but adverse mais, comme trop souvent, le dernier geste faisait cruellement défaut. Les statistiques, après 35 minutes, étaient d’ailleurs largement en faveur de protégés de Marc Lammers qui péchaient également sur penalty (0/4 avant la pause).

Et la reprise était même catastrophique puisqu’après seulement 38 secondes, Eddie Ockenden inscrivait déjà le numéro 3 mettant fin à tout suspens. « A la mi-temps, nous avons bien pris conscience de ce qui avait manqué durant les 35 premières minutes, poursuivait encore Dohmen. Le coach avait a insisté sur la nécessité d’être plus tranchants dans les duels. Nous sommes donc revenus sur le terrain avec de bonnes attentions mais avec ce but rapide, la tâche devenait quasi impossible. Il ne faut pas le cacher, nous étions nettement moins bons que d’habitude. »

Les Lions tentaient tout de même de retrouver des couleurs et Sébastien Dockier parvenait à sauver l’honneur. Mais la détermination n’y était plus totalement. De leur côté, les Australiens se contentait de contrôler les échanges. Ils concédaient encore deux nouveaux p.c. qui n’aboutissaient pas non plus. Lors de la conférence de presse d’après-match, Marc Lammers assumait d’ailleurs pleinement son implication sur ce triste 0/6 sur penalty « La communication n’était pas optimale entre les joueurs au moment des penalties et j’en porte la totale responsabilité. Nous sommes passés à côté de notre rencontre. Si vous voulez pouvoir lutter à armes égales avec la meilleure nation mondiale, il est inconcevable de rater les dix premières minutes de la rencontre. Cela ne pardonne pas. »

Mais même si cette défaite est loin d’être dramatique (en 28 confrontations, les Australiens se sont tout de même imposés à 24 reprises face à la Belgique), elle devra impérativement servir de leçon pour les deux dernières rencontre de poule face à l’Espagne et à l’Angleterre. Les Red Lions occupent à présent la troisième place au classement, à une petite unité des Anglais. Mais pour Florent van Aubel, l’essentiel est de repartir de ce revers pour construire la base des futurs succès dans le tournoi. « La leçon principale à retenir de cette partie, c’est notre manque d’agressivité qui nous coûte très cher. L’Australie en voulait plus que nous. De notre côté, même si nous n’avons pas trop mal joué et que nous avons contrôlé le jeu, nous n’avons pas marqué. Cela manquait de hargne. Cela ne peut pas se reproduire. »

Laurent Toussaint, In Le Soir, vendredi 6 juin 2014.

Tom Boon - Australie
© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By KLEIN

    les Australiens ont surclassé les Belges par leur puissance physique et leur engagement.Trop de lions confirmés sont passés inaperçus dans ce matche. Pas de patron sur le terrain et pas assez de de présence physique pour contrer les armoires à glace australiennes.
    Mais comme vous le dites si bien ,espérons que les lions retiendront la leçon. N’oublions pas que l’équipe est très jeune et que les jeunes n’ont pas été les plus faibles hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.