MARC LAMMERS : « TOUT RESTE POSSIBLE DANS CE TOURNOI ! »

Marc Lammers, le coach des Red Lions. « C’est dommage car nous avons eu des opportunités pour prendre l’avantage. Mais il nous a certainement manqué un peu d’expérience pour prendre clairement le dessus sur notre adversaire. J’ai senti un peu de fatigue due à la débauche d’énergie lors de notre affrontement d’hier face à l’Australie. Je suis déçu car nous pouvions et nous devions montrer d’autres choses face au Pakistan. C’est vrai que nous n’avons pas réussi à élever le rythme dans cette partie et que nous ne sommes pas parvenus, une fois de plus, à concrétiser nos occasions. Mais il ne faut pas oublier non plus que la préparation n’a pas été idéale. Pour aborder ce type de compétition, il faut au minimum six semaines d’entraînements. Les joueurs n’ont pas eu l’occasion de travailler comme il le fallait depuis les Jeux de Londres. Mais bon, c’est ainsi. Mais nous allons nous tenter de réussir un bon résultat face aux Pays-Bas lors de notre dernier match de poule. Nous avons toutes nos chances. Ce sera un bon test avant d’aborder les quarts de finales lors desquelles tout reste possible avec le système mis en place dans ce tournoi. »

Philippe Goldberg, assistant coach de l’équipe belge. « Je pense que le groupe n’avait pas tout à fait récupéré suite au premier match. Les joueurs n’avaient pas d’énergie et nous avons clairement manqué de lucidité. Tout le monde est frustré. Nous avons obtenu de belles occasions, même si celles-ci n’étaient pas nombreuses. Les ont bien joué le coup et ils ne nous ont pas laissé beaucoup d’espaces. Nous savions qu’ils étaient rapides en contre-attaque et, malgré cela, nous avons été pris au piège. Mais il faut à présent penser à la suite. Nous voulons gagner et prendre des points mais nous sommes également là pour apprendre. Nous n’avons jamais gagné face aux Néerlandais en compétition officielle. Toutefois, il ne fait pas se mettre une pression inutile sur les épaules. C’est le match de jeudi qui sera décisif pour la suite du tournoi. Nous pouvons toujours jouer le dernier carré. Ce sera au groupe d’aller  chercher cette qualification. »

Felix Denayer : « Leur manière de défendre en half-court nous a gêné. Ils nous attendaient et nous avons tenté de contrôler les échanges. Mais, au fil des minutes, nous avons forcé notre jeu et c’est exactement ce qu’ils attendaient. Nous avons souvent réalisé de mauvais choix dans nos passes. A côté de cela, le match était effectivement assez lent et nous n’avons pas été réaliste dans leur cercle.  Il y avait également pas mal de déchets dans notre jeu. Ils ont attendu le bon moment pour nous surprendre et nous n’avons pas été capables de réagir. »

Tom Boon : « La frustration est assez grande car ils ont obtenu moins d’occasions de but que nous et qu’ils s’imposent 2-0. Comme souvent, nous ne sommes pas parvenus à marquer alors que nous nous sommes présentés de nombreuses fois dans le cercle pakistanais. Mais je le répète encore, rien ne sera joué avant jeudi et les quarts de finale.  C’est ce rendez-vous qu’il ne faudra pas rater. Nous devons être plus agressifs et montrer ce visage de tueurs devant le but adverse. »

Elliot Van Strydonck, blessé, n’était pas sur le banc pour la rencontre face au Pakistan : « J’ai commencé à ressentir des douleurs hier dans la soirée. J’ai effectivement reçu une balle sur le pied sur le dernier p.c. du match face à l’Australie. J’ai fait une résonnance magnétique, ce matin, à l’hopital et Nicolas Vandenbalck, le médecin de l’équipe, pense qu’il s’agit soit d’un œdème, soit d’une fracture de fatigue. Je devrais en savoir plus dans le courant de la journée. J’espère pouvoir récupérer au plus vite car j’en ai réellement marre d’assister à des rencontres depuis les tribunes. »

Laurent Toussaint (à Melbourne). 


© Hockeybelgium

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.