LES BELGES EN QUÊTE D’EFFICACITÉ

C’est donc tout au bout du suspense que la Belgique a enfin arraché son premier succès dans la compétition. Il a, en effet, fallu attendre la, toujours aléatoire, session de Shoot-Outs pour voir les Red Lions, enfin, émerger dans cette partie qu’ils ont dominée, de la tête et des épaules. Une rencontre que les protégés de Marc Lammers auraient du plier bien plus tôt si on s’en réfère au nombre d’occasions obtenues durant les septante minutes. « C’était bien mieux que lors des jours précédents, reconnaissait toutefois le coach néerlandais. En fin de match, notre adversaire a joué la montre parce qu’il avait peur de nous. Mais voilà, nous devons être encore un peu plus malins, surtout offensivement pour marquer des buts. Il faut également encore obtenir bien plus de p.c. offensifs lorsque l’on domine de la sorte. A part cela, dans le jeu, c’est plutôt bien. Je suis satisfait même si c’est dommage que nous ayons dû attendre les Shoot-Outs pour, enfin, nous imposer. Heureusement, nous avons encore le temps pour bien nous préparer avant la Coupe du monde, à la Haye, en juin prochain. »

Car c’est  clair qu’il reste du pain sur la planche principalement en termes de finition. Les Belges ont obtenu de nombreuses possibilités pour prendre l’avantage dès la première période mais les tentatives de Jeffrey Thys et Thomas Briels, qui fêtait, pour l’occasion, sa 200e sélection sous le maillot national, n’atteignaient par leur cible. C’était, ensuite, un tir de Sébastien Dockier qui heurtait le poteau. Mais rien n’y faisait et, comme souvent depuis l’entame du tournoi, les Lions étaient menés à la pause alors que leurs adversaires ne s’étaient créés que de très rares opportunités.

En seconde période, le scénario était identique. La Belgique poussait tant et plus mais elle était toutefois proche du K.O. lorsque Gonzalo Peillat envoyait un missile sur le poteau de Vincent Vanasch. Six minutes plus tard, c’était enfin la délivrance quand, sur un centre dévié de Felix Denayer, un Argentin trompait son propre gardien sous la pression de Tom Boon. « Nous avons vécu un schéma de match identique à celui face à l’Angleterre, poursuivait de son côté John John Dohmen, le capitaine belge. Nous dominons largement les débats mais cette balle ne veut pas rentrer. On se demande réellement ce qu’il faut faire pour inscrire un but. Nous avons certainement eu un peu de chance sur le but égalisateur mais, en même temps, nous tirons une fois sur le piquet et nous avons de multiples occasions. Nous sommes tous satisfaits car nous avons bien mieux joué dans le milieu de terrain même si c’était un peu plus décousu sur la fin. »

Et c’est donc lors des Shoot-Outs que tout s’est décidé avec une prestation cinq étoiles du gardien réserve, Jeremy Gucassoff, qui est parvenu à stopper trois tentatives argentines. « Nous n’étions pas très stressés avant de débuter la séance. Nous étions clairement bien préparés et Jeremy est un spécialiste de la discipline. Nous étions donc très confiants. »

Et c’est finalement face à l’Inde, vainqueur surprise d’une équipe allemande B (5-4), que les Red Lions tenteront de terminer la World League sur une note positive en arrachant cette cinquième place. Pour Tom Boon, le meilleur buteur belge avec quatre réalisations, il est, en effet, capital de terminer sur une dernière note positive. « J’espère que nous pourrons montrer une belle réaction collective sur le terrain, comme l’an dernier lors du Champions Trophy, où nous étions parvenu à remporter le match pour la cinquième place sur le score de 5-0 après un tournoi, également assez tourmenté. Il y a bien un moment où cette balle va finir pas rentrer. Ce n’est pas possible autrement. Nous espérons que la chance va tourner et c’est à ce moment-là qu’il faudra se montrer efficace. »

En effet, face au pays organisateur, qui pourra compter sur un soutien massif de ses supporters, il ne faudra pas tergiverser et marquer rapidement. Sinon le duel risque vite de tourner au cauchemar.

Laurent Toussaint (à New Delhi), in Le Soir, samedi 18 janvier 2014. 

Red Lions - World League
© FIH

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.