LA NOUVELLE-ZÉLANDE BIEN PLUS RÉALISTE QUE NOS RED LIONS

Alors que le Racing avait mis les petites plats dans les grands pour accueillir la dernière rencontre amicale de l’équipe belge avant son départ pour les Jeux de Londres, la fête a été quelque peu gâchée par le résultat de l’affrontement face à la septième nation mondiale. En effet, la Belgique (sans John John Dohmen, Tom Boon et Xavier Reckinger) s’est inclinée 1-3 alors qu’elle avait certainement toutes les cartes en main pour s’imposer face à une équipe qu’elle retrouvera sur sa route lors de la quinzaine olympique.

Tout avait pourtant commencé idéalement puisqu’il ne fallait que sept minutes à Jérôme Dekeyser pour montrer le chemin à suivre à ses coéquipiers en convertissant le deuxième penalty de la rencontre. Ensuite, les Lions contrôlaient la partie et portaient le danger devant le but de Hamish McGregor via Cédric Charlier, Jérôme Dekeyser, Thomas Briels et Gauthier Boccard. Mais le score restait inchangé. A la 32e minute, Andy Hayward trompait Vincent Vanasch sur p.c. (1-1). Les Néo-Zélandais étaient extrêmement bien payés après avoir été dominés durant la totalité des 35 premières minutes.

En seconde période, la physionomie de la rencontre changeait totalement. Tout comme mardi soir, les Black Sticks prenaient le contrôle des échanges. A la 40e minute, Andy Hayward était tout près d’inscrire le numéro deux mais son sleep heurtait le poteau gauche du gardien brabançon. Il fallait attendre la 52e minute, sur le quatrième p.c. néo-zélandais, pour que Richard Petherick donne l’avantage aux Kiwis.

Réduits à dix durant plus de dix minutes suite aux cartes jaunes de Simon Gougnard et de Jérôme Truyens, les Belges ne parvenaient pas à retrouver leur niveau de la première période. Ils accumulaient les mauvaises passes, les erreurs de relance et ils perdaient même par moment leur structure. Et, à dix minutes du coup de sifflet final, Simon Child était tout seul pour reprendre un bon centre de la gauche et fixer le score final à 1-3. Les dernières tentatives de Jérôme Dekeyser et de Maxime Luycx ne donnaient rien et Kyle Pontifex, monté au jeu à la pause, ne devait pas se retourner dans sa cage.

« C’était beaucoup mieux que le match d’hier soir, se réjouissait Shane McLeod, le coach néo-zélandais. Nous avons livré une bonne performance collective en développant notre jeu comme il le fallait. Il s’agissait d’un excellent entraînement pour mes joueurs avant les Jeux. Nous savons que notre affrontement à Londres sera effectivement très serré et que cela se jouera sur des détails. »

Du côté belge, on était logiquement déçu du résultat mais aussi de la manière, comme le soulignait Felix Denayer au coup de sifflet final. « C’est vrai que nous avons bien joué au hockey en première mi-temps mais nous avons manqué nos diverses opportunités de but. Face à une bonne équipe néo-zélandaise, nous avons eu de grosses difficultés en seconde période pour garder notre niveau de jeu. Beaucoup de joueurs étaient fatigués mais cela ne peut pas tout expliquer. Mais cette rencontre nous prouve, s’il le fallait encore, qu’il faudra évoluer à 100% lors de tous nos matchs si on veut éviter de prendre des claques lors du tournoi olympique. Nous devons impérativement rester les pieds sur terre et travailler dur pour prester à notre meilleur niveau. »

L’analyse de Jérôme Truyens allait clairement dans le même sens. « Nous avons bien fait circuler la balle en première période et nous aurions du tuer la rencontre avant la pause. Une situation identique au match de mardi. Nous sommes donc logiquement déçus du résultat mais nous ne sommes certainement pas inquiets. Nous n’avons pas dévoilé tous nos cartes non plus face aux Néo-Zélandais. »

La Belgique et la Nouvelle-Zélande se retrouveront donc à Londres, le dimanche 5 août prochain lors de l’avant-dernier match de poule du tournoi olympique. Une rencontre qui s’annonce extrêmement disputée…


© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By gonzague klein

    Ok manque de réalisme en attaque mais en défense il n’est pas évident pour un attaquant(en club) de jouer en défense dans la bnt.Mais ils ont encore deux semaines pour être au top. Et puis le principal c’est de participer aux jeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.