LES PANTHERES VERS UNE PREMIERE VICTOIRE ?

A l’issue de sa victoire face à la Belgique, jeudi soir, Danny Kerry, le coach de la Grande-Bretagne ne tarissait pas d’éloges à propos des qualités de notre équipe nationale. Il ne s’attendait d’ailleurs pas à une telle résistance de la part des Panthères. « La Belgique, sous les ordres de Pascal Kina, est l’équipe qui a le plus progressé au cours de ces dernières années sur la scène internationale. Elle a réussi un match nul face à la Chine et j’ai vu leur victoire face à l’Allemagne, à Brême, en juillet dernier. C’est incontestablement une nation sur laquelle il faudra compter dans le futur. »

C’est d’ailleurs l’impression générale qui prévaut auprès de tous les observateurs attentifs de cette compétition féminine. Les Panthères impressionnent par leur engagement et par la rigueur de leur défense. Lors de leur dernier match, pratiquement pas impressionnées par l’ambiance extraordinaire qui régnait dans une Riverbank Arena pleine à craquer, elles auraient même méritées d’inscrire un but vu leurs belles occasions.

Mais ce samedi après-midi (14h45), elles pourraient enfin être récompensées de leurs efforts en s’imposant face au Japon, actuel bon dernier de la poule. « C’est vrai que pour le moment, nous sommes plutôt satisfaites avec notre entame de compétition, analysait sereinement Gaëlle Valcke, devant l’ensemble de la presse internationale. Nous avons obtenu un match nul logique face à la Chine et nous avons décroché un point sur lequel nous ne comptions pas vraiment. Mais il nous reste à présent deux rencontres à disputer et je suis persuadée que nous pouvons en remporter au moins une. Nous souhaitons plus de points, nous voulons marquer plus de buts et nous  voulons gagner le prochain match. »

Et si elles continuent à s’appliquer pour évoluer comme depuis le début de la compétition, les Japonaises ne devraient pas pouvoir les empêcher de développer leur jeu et de prendre le contrôle de la partie. De son côté, la neuvième nation mondiale s’appuiera sur sa star inoxydable Akemi Kato, 41 ans et plus de 400 sélections, pour proposer une animation rapide et beaucoup de rigueur physique. Très discipliné, le Japon peut normalement compter également sur deux redoutables attaquantes, Kaori Fujio et Rika Komazawa. Mais celles-ci, comme le reste de l’équipe d’ailleurs, connaissent une crise de confiance. C’est donc le moment ou jamais de s’imposer et d’ainsi assurer la cinquième place du groupe et donc un match de classement pour la neuvième place.

Laurent Toussaint, In Le Soir, samedi 4 août 2012.


© FIH

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.