ILS ONT JOUÉ LE « JEUX »

Avant le coup d’envoi donné par Benoit Wolter (qui sifflait son dernier match au top niveau) et Grégory Uyttenhove (fraîchement sacré Sifflet d’Or 2012), Pascal Kina annonçait, le sourire en coin: « Je suis venu pour gagner! » Et le coach gantois ne croyait pas si bien dire puisque « son » équipe All Star a donné du fil à retordre aux Red Lions. Ce match-exhibition débutait pourtant sous les meilleures auspices pour l’équipe nationale: après 5 minutes de jeu et de domination, Gautjier Boccard ouvrait la marque d’un tir à bout portant.

Dominée, l’équipe Belgian All Star ne lâchait pas prise et renversait même la tendance en deux minutes de temps. Jérôme Dekeyser profitait d’abord d’un centre mal négocié par la défense belge pour rétablir l’égalité. Dans la foulée, Tanguy Cosyns récupérait une balle à 25 mètres du but belge et concluait l’action d’un tir en revers (1-2). A la surprise générale, l’équipe All Star virait en tête à la pause.

Après s’être fait remonter les bretelles, les Red Lions reprenaient les rênes du match: un shot en revers de Florent Van Aubel et une déviation de Tom Boon replaçaient les rouges aux commandes à neuf minutes du terme… Mais c’était sans compter sur un ultime sursaut d’orgueil de leurs adversaires du jour. A la 64e, Loïck Luypaert isolait Arthur Van Doren. Excentré, le jeune Anversois trouvait lucidement le coin opposé du goal de Manu Leroy (3-3). Auteur d’un très bon match, Arthur Van Doren se voyait d’ailleurs remettre le titre d’homme du match (MVP), cerise sur le gâteau d’une saison riche en émotions pour le joueur de Brasschaat. Et après ce but 100% Dragons, ce sont des joueurs du Léo qui se mirent en évidence: il restait 90 secondes de jeu lorsque John Verdussen se sortait d’un pressing des Red Lions grâce à un flick de près de 50 mètres, qui surprit tout le monde… sauf Jonathan Beckers. A la réception de ce caviar, le joueur ucclois se débarrassait de Leroy d’un subtile lob (3-4).

«Dans le jeu, l’opposition du jour n’était pas tellement structurée, analysait Jérôme Truyens. Mais dans le cercle, ils se sont montrés très opportunistes. » À un mois et demi des Jeux, doit-on pour autant s’inquiéter pour notre équipe nationale? « Il ne faut pas trop tenir compte de ce résultat, poursuivait le meneur de jeu bruxellois. On doit garder une vision d’ensemble : c’était le 1er match d’une longue préparation. Le but était surtout de se remettre dans le rythme ». Avant de conclure: « L’important c’est qu’on soit au rendez-vous fin juillet contre l’Allemagne, pour le 1er match olympique. »

Mais d’ici là, 12 test-matchs sont programmés face à des nations du top mondial. Ceux-ci seront bien nécessaires pour peaufiner quelques réglages et faire les dernières sélections pour Londres. Et ce sera déjà le cas, dès ce soir, lors de l’affrontement face ua Pakistan, programmé à 19 heures, sur le terrain de l’Héraklès.

Maxim Baworowski, In Le Soir, lundi 11 juin 2012.


© Nicolas Leroy

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By gonzague klein

    …. n’empêche que encaisser 4 goals sur phase de jeu, c’est beaucoup pour une équipe nationale qui joue contre des joueurs qui ne s’entrainent plus depuis 3 semaine au moins. On peut se poser des questions sur la défense et le gardien. Batch n’était vraiment pas heureux après la rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *