LA COUPE DU MONDE SINON RIEN !

« Que les choses soient bien claires. Ce tournoi est le plus important de l’année, bien avant le Championnat d’Europe au Braxgata, en août prochain ! » Le coach néerlandais a précisé une fois encore le fond de sa pensée avant d’entamer le troisième tour de la compétition de la World League à Rotterdam. Le tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 2014 à la Haye est bel et bien le seul le centre de toutes les préoccupations. « Rotterdam est tout simplement notre priorité parce que le tournoi est qualificatif pour la Coupe du monde. La Belgique a loupé les deux derniers rendez-vous et vu son nouveau statut mondial, elle ne peut se permettre de rater une nouvelle fois le rendez-vous. Mais nous avons clairement les moyens de nos ambitions… »

Et c’est clair que les Red Lions peuvent être sereins avant d’aborder le tournoi. Versés dans la poule A aux côtés de l’Australie (2e au classement mondial), de l’Espagne (7e) et de la France (17e), les Belges doivent nourrir de belles ambitions dans ce groupe vu leur convaincante préparation pour la compétition. Cinq victoires face au Japon et à l’Angleterre et un remarquable match nul face aux Australiens, dimanche dernier, sur le terrain du Beerschot (2-2).

« Nous devons terminer deuxième ou troisième de notre groupe, poursuit Marc Lammers. Il faudra battre la France et l’Espagne même si, cette dernière, reste une réelle inconnue. Nous n’avons pas eu l’occasion de beaucoup les observer lors de préparation et cette équipe a connu pas mal de changements au cours de ces derniers mois. Ils possèdent de bonnes individualités mais nous ne savons pas du tout où ils se situent au niveau du collectif. Enfin, face à l’Australie, tout est à présent possible. Le top 5 devrait assurer notre participation à la Coupe du Monde. »

Depuis l’arrivée du Néerlandais à la tête du groupe, le premier novembre dernier, les Lions ont encore franchi quelques paliers vers les sommets mondiaux. Lammers, c’est le professionnalisme à l’état pur. Rien n’est laissé au hasard. Chaque détail compte et l’exigence est poussée à son paroxysme. Les joueurs ont compris le message extrêmement clair adressé après le Champions Trophy, à Melbourne. « L’équipe est encore très jeune puisque nous présentons une moyenne d’âge de 22,6 ans. Mais il existe une très saine émulation dans ce noyau. J’avais exigé un investissement pour le hockey de 365 jours par an. Ce groupe travaille avec énormément de sérieux et la discipline a été parfaitement assimilée par tout le monde. De plus, nos récents tests physiques n’ont jamais été aussi bons malgré la lourde charge de travail imposée ces dernières semaines. »

Après le carton plein réussi à Saint-Germain-en-Laye, lors du deuxième tour de la compétition avec cinq succès en autant de rencontres, les Belges n’arrivent pourtant pas aux Pays-Bas en surestimant leurs qualités. « A Paris, nous avons bien mesuré le chemin qu’il nous restait à parcourir pour titiller le top mondial. Nous avons insisté sur le travail de press et sur certains aspects plus spécifiques. Nous devons mettre encore plus d’intensité dans nos duels. »

Et par rapport au tournoi français, le groupe a subi quelques petits changements. C’est ainsi que Jérôme Truyens, le capitaine emblématique de cette équipe, a effectué son grand tour après une saison perturbée par les blessures. Cédric Charlier effectue son retour en attaque, tout comme Xavier Reckinger qui remplace, en défense, Alexandre De Saedeleer, dont la préparation a été perturbée par les oreillons.

Face à l’Australie, ce matin, les Red Lions pourraient déjà faire un grand pas vers ce ticket pour la Coupe du monde tant convoité…

Laurent Toussaint, In le Soir, vendredi 14 juin 2013.

Programme :

Vendredi 14 juin (11h) : Australie – Belgique
Samedi 15 juin (14h) : Belgique – France
Lundi 17 juin (14h30) : Belgique – Espagne

Les Red Lions © Hockeybelgium
© Hockeybelgium

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *