NAMUR, PLUS AMBITIEUX QUE JAMAIS, APRÈS SON PREMIER TITRE EN SALLE

Après six années dominées sans partage par le Racing, le championnat salle a enfin souri aux Namurois qui butaient, depuis plusieurs saisons, sur une équipe uccloise réellement hors de portée (avec un titre de vice-champions d’Europe en 2013, à Lille). Mais cette année, les Escargots ont, enfin, vaincu le signe indien en s’imposant 2-3, en finale, face au Waterloo Ducks, véritable invité surprise de cette fin de compétition indoor, organisée dans la capitale wallonne.

Un premier titre de champion de Belgique donc pour les Namurois qui occupent actuellement… la dernière place de la division d’honneur. « C’est vrai que c’est un peu contradictoire, reconnaît Frederick Pokorny, le Directeur Elites du club namurois. Mais pour une petit club de province comme nous, c’est bien plus facile de bâtir une équipe de salle compétitive que de composer une équipe sur gazon qui joue les premiers rôles dans le championnat national. Cela fait cinq ans que l’ensemble du club travaille extrêmement dur pour atteindre cet objectif. C‘est une juste récompense pour les 200 personnes qui sont derrière cette équipe depuis tout ce temps. »

Et il existe une véritable tradition indoor à Namur depuis plusieurs saisons avec une petite quarantaine d’équipes qui prennent part aux différentes compétitions. « Nous avons réussi à créer un véritable engouement autour de ce projet. Il y avait plus de 1.300 personnes, ce dimanche, lors de la finale, dans la salle Sabora. Cela nous offre plus de crédibilités dans le hockey belge et vis-à-vis du pouvoir politique qui était présent pour assister à notre premier sacre. Nous avons de grosses ambitions pour le futur. »

Le club a, en effet, déposé un permis de bâtir pour de nouvelles installations permettant d’absorber sa croissance. Mais, à côté de ce projet, le club namurois rêve également de pouvoir construire une salle dédiée exclusivement à la pratique du hockey en salle. « Mais pour cela, il faut compter un budget supplémentaire de 4 à 5 millions d’euros, poursuit encore Frederick Pokorny. Une somme impossible à rassembler sans subsides de la Région et de la ville. Il faut donc préparer au mieux ce dossier. Nous espérons que ce titre et la médiatisation de la discipline vont permettre de trouver une issue favorable à ce projet. »

Mais selon la plupart des observateurs, le hockey en salle n’en est encore qu’à ses balbutiements dans notre pays. La discipline a dix ans de retard sur son homologue sur gazon. « Il y a un réel manque d’engouement et d’information à un plus large niveau alors qu’il s’agit d’une discipline extrêmement spectaculaire et technique. Elle a le vent en poupe mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir que ce soit du côté de la Fédération ou des clubs. Il faut que tous les acteurs se mettent autour de la table afin de voir ce que l’on souhaite vraiment pour le hockey en salle dans notre pays. »

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 10 février 2014. 


© Vincent Lorent – La Meuse

Commentaires

2 Comments

  1. Fantastique titre de Namur. Félicitations à tout le club. Mais tant que le calendrier reste tel qu’il est, les meilleurs joueurs belges ne joueront pas en salle et les clubs de l’élite ne s’engageront pas sérieusement dans le hockey en salle.

  2. Reply Post By Rene DAUTEL

    @Klein: Remarque tout à fait pertinente.
    Sans l’appui des instances de l’ARBH, le BIH (Belgian Indoor Hockey, comité du hockey en salle) , exclusivement composé de bénévoles, ne peut que survivre du minimum minimorum qui lui est accordé (en calendrier et en budget).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *