LE RACING N’A PAS FAIT LE POIDS DEVANT L’ENGAGEMENT DU LEO

Les Bruxellois n’ont pas tremblé. Alors qu’ils avaient une grosse pression sur les épaules depuis plusieurs semaines, les joueurs du Léopold sont parvenus à rester bien concentrés sur leur hockey et sur les consignes tactiques de leur coach, Mika Van Cutsem.
Pourtant leur programme de fin de championnat était loin d’être évident. Mais peu importe, les finalistes de l’an dernier sont parvenus à laisser derrière eux deux des clubs avec les budgets le plus important de la division d’honneur. Décidément, les clubs anversois ne sont pas à la fête ces dernières années. Le Dragons et l’Antwerp avaient également loupé le bon wagon la saison dernière.Et cette victoire, les Ucclois sont allés la chercher avec de la volonté. Car, à l’entame de la partie, ce sont les visiteurs qui se montraient les plus habiles mais aussi les plus inspirés avec l’ouverture du score par Charles Feron après onze minutes de jeu.

L’équipe locale tentait bien de réagir mais le jeu était stéréotypé et trop peu créatif. Juste avant la pause, le capitaine John Verdussen égalisait sur une phase de p.c. très intelligemment construite. Après la pause, le Racing semblait alors complètement à côté de ses pompes. Antoine Denis puis Charles Sadones mettaient définitivement leur équipe sur orbite. « Nous avons joué beaucoup trop individuellement, analysait Jérôme Truyens, le capitaine du Racing. Nous avons obtenu un seul p.c. sur la rencontre et ils ont surtout très bien joué le coup. Leur victoire est logique. A côté de cela, je suis rassuré que le Dragons ait perdu sinon certaines mauvaises langues auraient prétendu que nous n’avions pas joué le jeu jusqu’au bout. »


© Philippe Demaret – Okey.be

Du côté du Léopold, c’était naturellement l’euphorie et le soulagement au coup de sifflet final. Pour Mika Van Cutsem, il s’agissait avant tout d’une belle reconnaissance pour le travail du groupe. « Nous avons connu quelques difficultés à rentrer dans ce match. Mais ensuite, tout s’est bien mis en place. Nous avons été stricts derrière et nous n’avons d’ailleurs concédé qu’un seul p.c. Cette qualification pour les demi-finales est totalement logique. Nous avons été présents durant tous les rencontres au sommet et nous avons prouvé notre régularité. Maintenant, nous allons essayer d’aller le plus loin possible. Nous n’avons rien à perdre. »

Le Léopold va donc commencer à préparer ses demi-finales en soignant ses blessées (Elliot Van Strydonck ou Jonathan Beckers). Les joueurs ont goûté au bonheur de la finale l’an dernier et son bouillant public ne rêve déjà plus que d’un nouveau titre de champion.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *