Une élimination au goût amer pour le Racing

Même si au moment d’aborder leur deuxième rendez-vous européen de la saison, après leur qualification aisée au premier tour, à Barcelone, en octobre dernier, les joueurs bruxellois avaient annoncé qu’ils n’avaient rien à perdre aux Pays-Bas, l’appétit est venu en mangeant. C’est donc avec un goût amer qu’ils ont quitté le terrain, dimanche après-midi, après s’être inclinés 4-1 face à Kampong, vainqueur de l’édition 2016 de l’EHL et champion néerlandais en titre. Les Ucclois méritaient mieux. Assurément.

Mais comme pour le Dragons, face à Bloemendaal, en huitièmes, c’est la finition et le réalisme qui ont fait la différence lors de ce quart de finale très disputé. « Notre adversaire n’était certainement pas plus fort que nous, regrettait Tom Boon. Nous n’avons pas démérité mais certains détails n’ont malheureusement pas joué en notre faveur. Cela s’est joué sur des détails comme un marquage pas assez précis ou une carte un peu sévère. Nous avons réalisé une bonne prestation et nous sommes créés de nombreuses possibilités. Kampong a commencé à douter. Mais face à une équipe qui n’a plus perdu depuis un an et nous qui retrouvons seulement nos sensations après une reprise délicate après la trêve, je crois que nous pouvons sortir la tête haute de ce tournoi. »

Les deux prestations proposées à Rotterdam (avec la victoire 9-0 face au Dinamo Kazan, vendredi) doivent servir de référence pour les cinq dernières de championnat en division d’honneur. « Ce Racing doit être celui de la fin de saison, conclut encore le buteur bruxellois. Nous avons mis en place quelque chose de solide qui doit nous permettre de continuer à grandir vers les playoffs. Dans ce quart de finale, Nous avons démontré qu’il ne restait plus que certains petits détails à régler. Il faut par exemple que nous soyons encore plus concentrés durant le match pour ne plus laisser à notre adversaire la moindre possibilité d’exploiter une de nos erreurs. Si nous franchissons encore cette étape, nous aurons certainement notre mot à dire en cette fin de saison. Nous allons aborder ces dernières échéances en prenant les matches les uns après les autres. Assurons d’abord notre place dans le Top 4 et puis on sait que tout est possible. Il faudra être en forme au bon moment et c’est ce que nous sommes occupés à bâtir collectivement actuellement. »

Et ces bonnes intentions devront être confirmées, dès dimanche prochain, avec un déplacement périlleux au Waterloo Ducks. Un nouveau test grandeur nature qui déterminera si le Racing a bel et bien retrouvé toutes ses sensations et qu’il se positionne définitivement comme l’un des candidats au titre.

Laurent Toussaint (à Rotterdam).

Photo : Frank Uijlenbroek/World Sport Pics.

Commentaires