Simon Gougnard : « Nous ne sommes pas arrivés là par hasard ! »

Le milieu de terrain brabançon a été de tous les bons coups, face au Dragons, en quarts de finale. Enfant du club, cela lui tenait à cœur d’aider le Waterloo Ducks à atteindre le premier Final 4 de son histoire avant de tenter l’aventure à Louvain à la fin de cette saison. Face aux Allemands de Mannheimer, la demi-finale s’annonce très compliquée mais le groupe de Xavier De Grève veut croire en ses chances.

Simon, le Watducks tient enfin cette qualification pour le dernier carré européen ?
« C’est historique et je suis tellement ravi que nous ayons pu accomplir cet exploit avec ce groupe. Nous nous étions pris une telle claque face au Dragons, dimanche dernier, à Brasschaat, lors du quart de finale aller des playoffs que soit nous nous foncions droit dans le mur, soit nous nous reprenions en équipe. Nous avons réellement bossé les uns pour les autres durant ce match. Cette victoire est excellente pour le moral. La saison est encore loin d’être terminée. Nous voulons prouver que le Wat’ peut aller très loin même si on affrontera un très gros morceau dimanche. Mais nous ne sommes pas arrivés là par hasard. Si on défend comme des dingues, tout reste possible dans ce dernier carré. »

Néanmoins, vous ne partirez pas favoris dans ce duel face à Mannheimer ?
« La clé de ce match sera certainement une assise défensive de fer. Ils possèdent un énorme penalty avec Gonzalo Peilat mais aussi de nombreux internationaux. Nous allons préparer cela à la vidéo et mettre eu point un plan. Nous donnerons tout. Mais je le répète tout est possible dans ce dernier carré et nous n’avons rien à perdre lors de nos deux derniers matchs européens. Nous allons également en profiter en groupe et se battre les uns pour les autres. Enfin, ce rendez-vous constituera également une excellente préparation mentale pour le quart de finale retour que nous disputerons dans une semaine face au Dragons. »

Justement comment gère-t-on ses efforts avec la manche retour des playoffs programmée dimanche prochain ?
« Il n’y a tout simplement pas moyen de gérer ses efforts. On essaie juste de contrôler la balle pour ne pas jouer des matchs ping-pong. Sinon nous allons nous tuer sur le terrain. Nous ne possédons pas tous le physique pour jouer de cette manière-là. Ensuite, le plus important, c’est tout le travail de récupération qui doit être mis en place avec, entre autres, les bains de glace. Il faudra récupérer au plus vite pour aborder cette demi-finale en pleine possession de nos moyens. Cela va s’enchainer et il faudra être prêt. Nous allons disputer 3 matchs en 3 jours. Ce sera donc très très chaud ! »

A quel point ce final 4 aura de l’influence sur les playoffs ? Cela va peser dans la balance ?
« Physiquement, cela risque forcément d’avoir certaines conséquences. Mais psychologiquement, cela ne peut être que positif pour l’ensemble du groupe. Nous avons démontré que nous pouvions battre le Dragons. Que rien n’était fini et que nous pouvions réagir. Toutefois, tout le monde est conscient que les circonstances seront toutes autres le week-end prochain. Mais j’ai bien assez parlé de ce quart de finale retour. On va se focaliser à 100% sur le Final 4 et tenter d’aller le plus loin possible… »

Entretien : Laurent Toussaint (à Eindhoven).

Photo : Frank Uijlenbroek WorldSportPics/EHL.

Commentaires