UNE BELLE POUR NE RIEN REGRETTER

Les finales du championnat tiennent bien toutes leurs promesses. Et comme la saison dernière, il faudra recourir à une troisième rencontre afin que la décision ne tombe et que l’on connaissance en fin le nom du successeur du Dragons au palmarès national. Après un premier succès limpide du Waterloo Ducks, dimanche dernier, ce sont les Anversois qui ont remporté le deuxième rendez-vous entre les deux meilleurs équipes de la division d’honneur. Une victoire logique vu la volonté et l’enthousiasme des hommes d’Eric Verboom qui avaient bien retenu les leçons de la première manche.

A présent, les deux prétendants aux lauriers nationaux se tiennent dos-à-dos et ils possèdent pratiquement  les mêmes chances de s’imposer même si le Dragons peut certainement disposer les faveurs des pronostics. « Chacun va avoir l’occasion d’analyser la vidéo de cette rencontre, explique Jeffrey Thys, le véritable héros du succès de jeudi après-midi. Mais que les choses soient bien claires. On doit gagner cette partie. C’est notre unique objectif. Nous n’allons certainement pas nous cacher ! »

Mais pour le gardien brabançon, Vincent Vanasch, tout sera avant tout une question de mentalité et de volonté. « Nous n’avons pas été assez présents aux moments clés du match. Et même si nous sommes bien revenus au score, nous n’avons pas pu garder le cap durant septante minutes. Je ne sais pas comment expliquer cela ou je ne comprends toujours pas pourquoi nous n’avons pas réussi à réagir. De son côté, le Dragons s’est bien remis en question après la première manche. Maintenant, il ne faudra rien regretter lors de la belle. On ne va certainement pas laisser filer ce titre ! »

Un nouveau sacre que les protégés de Pascal Kina attendent déjà depuis 2009, la dernière fois qu’une autre équipe que celle Dragons avait remporté la compétition. Alors le Watducks pourra-t-il mettre un terme à la suprématie des Anversois dans notre pays ? Sera-t-il capable de rebondir ce dimanche, à 15 heures, dans les installations de l’Héraklès ? Il faudra pour cela réaliser un match parfait. Ce n’est que de cette manière que Waterloo pourra empêcher son adversaire de fêter le huitième titre de son histoire. Les paris sont ouverts…

Laurent Toussaint, In Le Soir, samedi 19 mai 2012.


© Nicolas Leroy

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *