PREMIERE DEFAITE POUR LE WATDUCKS

Cette rencontre servira-t-elle enfin de déclic pour les Bruxellois ? C’est en tous les cas ce qu’espère Jérôme Truyens, le capitaine de cette équipe uccloise bien pâlotte depuis l’entame de la compétition domestique. Pourtant, le Racing possède assurément le noyau le plus compétitif de la division d’honneur après les transferts de Simon Gougnard et des stars anglaises, Richard Smith et Nick Catlin. « J’espère effectivement que nous sommes enfin repartis. Il manquait quelque chose dans ce groupe. Si c’est moi qui suis parvenu à jouer ce rôle de déclencheur, j’en suis très heureux. Maintenant, nous allons poursuivre dans la même direction avec la même envie et le même engagement. »

Pour son premier match avec ses couleurs après sa rééducation suite à son opération au poignet, Jérôme Truyens a apporté cette stabilité et ce calme qui avaient fait défaut lors des dernières rencontres des Ucclois. Et face à un adversaire qui n’a, certes, pas évolué à son meilleur niveau, le Racing a dû attendre la 53e minute pour enfin trouver l’ouverture via Tom Boon, sur le cinquième p.c. de l’après-midi.

Avant cela, les Brabançons avaient pris le match en main surtout, durant les vingt premières minutes, avant de baisser le rythme et de subir le jeu. « Nous nous sommes déconcentrés au fil des minutes et nous avons malheureusement subi le faux rythme de notre adversaire, reconnaissait Xavier De Greve, l’entraîneur adjoint de Waterloo. Nous devions mettre plus de pression et plus de vitesse dans la rencontre mais nous avons évolué un niveau en-dessous. »

Et le son de cloche était identique du capitaine Maxime Luycx. « C’était un match agréable avec deux bonnes équipes. la décision pouvait basculer d’un côté ou de l’autre. Mais on ne s’est pas montré aussi intransigeant qu’à l’habitude. Nous n’avons peut-être pas été suffisamment agressifs dans nos duels. »

L’important pour le Racing de Jérôme Truyens est donc d’enfin pouvoir se baser sur un match référence après quelques sorties peu convaincantes. « Nous avons bien contrôlé les échanges en nous basant sur une bonne assise défensive. Et si c’est Tom Boon qui a été décisif cette fois-ci, nous avons de nombreux joueurs qui peuvent faire la différence. Ce sera notre grande force pour la suite. »

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 1er octobre 2012.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *