LE RACING DANS LE TOP 4 EUROPÉEN

Pour la toute première fois de l’histoire de la compétition, c’est une rencontre 100% belge qui était au programme des quarts de finale de l’EHL. Le Racing retrouvait, en effet, sur sa route, les champions de Belgique du Waterloo Ducks pour un duel aux accents de revanche après la saison en demi-teinte des Bruxellois. Et la rencontre débutait de la meilleure des manières pour les Rats qui trouvaient déjà le chemin des filets après seulement trois minutes de jeu via Aldo Dalla Palma.

Moins nerveux et bien plus appliqués que jeudi, face à Cologne, les Ucclois contrôlaient bien les échanges face à des Brabançons qui peinaient à trouver la bonne carburation. Le Watducks retournaient pourtant aux vestiaires en menant au score grâce à deux strokes logiques converti avec sang-froid par Alexandre De Saedeleer.

Mais juste avant la pause, Sidney Cabuy héritait d’une carte jaune et les Brabançons évoluaient à dix pendant dix minutes. « Nous avons débuté la rencontre beaucoup trop mollement et nous avons preuve d’un peu trop de laxisme, reconnaissait le capitaine Maxime Luycx. La carte jaune face à Beeston et celle-ci nous coûtent cher au final. Nous avons perdu beaucoup d’énergie, jeudi, et, à nouveau, en quarts face au Racing. Les petits détails ont fait la différence même si je reconnais que nous n’avons certainement pas disputé notre meilleure rencontre de la saison. Mais je dois féliciter le Racing car ils se sont battus avec leurs armes et ils ont bien joué le coup ! J’espère que le groupe tirera les leçons de ce match pour la prochaine édition de l’EHL.»

Après la pause, Anthony Versluys profitait de donc de cet avantage numérique pour égaliser avant que Scott Tupper ne fasse 2-3 sur p.c., trois minutes plus tard. Le Waterloo Ducks tentait bien de réagir mais sans réussite sur les tentatives de John John Dohmen et Maxime Luycx. Et à deux minutes du terme, Cédric Charlier mettait fin à tout suspense sur une nouvelle phase de p.c.

« Avant la partie, nous étions convaincus que nous avions les qualités pour nous imposer, jubilait Cédric Charlier. Et ce, même si cela ne s’est pas réellement vu pendant les Playoffs. Maintenant, depuis le début du tournoi, nous travaillons beaucoup plus défensivement que pendant le championnat. Et cela a clairement fait toute la différence. Maintenant que nous sommes arrivés dans le dernier carré, nous allons clairement tenter d’aller le plus loin possible en continuant à appliquer la même recette. »

Et cette demi-finale, ce sera face aux Allemands d’Harvestehuder, qui se sont imposés 1-4 face au Campo de Madrid.

Cédric Charlier
© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *