UN MATCH NUL FINALEMENT ASSEZ LOGIQUE !

C’était l’un des deux matchs au sommet de cette quatorzième journée. Et les spectateurs, venus en nombre, ne s’y étaient pas trompés. Malheureusement, ce sommet entre le troisième et le quatrième a accouché d’une souris. Le match débutait pourtant sous les meilleurs auspices. Dès la première minute, Dimitri Cuvelier isolait idéalement Maxime Tys. Mais l’attaquant ucclois buta sur Vincent Vanasch, venu à sa rencontre. Après un premier quart d’heure de nette domination uccloise, les Brabançons se créèrent enfin leur première occasion mais Dohmen ne trouvait pas le cadre. Malgré une deuxième moitié de première mi-temps très rythmée, les gardiens ne furent jamais réellement inquiétés et c’est sur un score nul et vierge que les arbitres sifflaient la pause.
Et si les vingt-deux acteurs reprenaient la seconde période avec de très bonnes intentions, les spectateurs présents n’eurent pas grand-chose à se mettre sous la dent. En dehors d’un tir non cadré de John John Dohmen et un sleep d’Agustin Corradini bien sauvé sur la ligne par Benjamin Van Hove, il fallut attendre la 68e minute pour voir le match s’emballer. Et pour cause: sur une passe en retrait, un envoi de Maxime Tys était écarté à même la ligne par un défenseur du Watducks.
Moins de deux minutes plus tard, le Léopold se voyait octroyer un p.c. de la dernière chance, décision contestable et sérieusement contestée par la défense brabançonne. Mais John John Dohmen, bien sorti, déviait l’envoi de John Verdussen. « Nous avons eu droit à un match très fermé lors duquel les défenses ont dicté le jeu », analysait Mika Van Custem. Le coach ucclois poursuivait: « Avec ce match nul, nous gardons toutefois le Watducks dans notre viseur. Ainsi, l’objectif reste toujours le même, à savoir le Top 4. »
Toujours blessé à la main, Thomas Van Den Balck, qui s’était déplacé du côté de l’Avenue Dupuich en tant que spectateur, livrait son sentiment au terme des 70 minutes: « Le Léo nous a malmenés pendant les 15 premières minutes. Mais après, nous avons beaucoup mieux combiné. Malheureusement nous n’avons pas été suffisamment intelligents en zone de conclusion. »
L’avis de Pascal Kina ne différait pas trop de celui de son défenseur: « Offensivement, nous avons clairement manqué de lucidité, c’est dommage. Maintenant tout reste possible: il nous reste neuf matchs pour aller chercher la première place, ce qui reste notre objectif principal. » Et Maxime Tys de conclure: « Deux points perdus ou un point gagné ? Difficile à dire. Nous avons trois occasions en or, dont deux sont sauvées sur la ligne de but. Mais en même temps, le Watducks s’est montré dominateur dans le jeu. Je pense donc que le match nul est assez logique. »

Ce résultat, combiné aux victoires du Beerschot et de Louvain, laisse entrevoir, lors des prochaines semaines, une lutte acharnée en vue dans la course aux playoffs.
Maxim Baworoski, Le Soir, lundi 5 mars 2012.
Commentaires

One Comments

  1. Salut Laurent,

    A regarder la photo, il faisait super beau hier au Léo ?

    😉

    à bientôt

    Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.