Le Racing se fait peur mais s’impose

Les Rats avaient l’occasion de rejoindre le Watducks en tête du classement général. Pour ce faire, il leur fallait se débarrasser de l’Héraklès, bonne surprise de ce début de championnat. Tout débutait bien pour le Racing qui trouvait l’ouverture après 10 minutes sur un p.c. de Tom Boon (1-0). Trois minutes plus tard, Thibaut Cornillie faisait le break en concluant victorieusement une contre-attaque rapidement menée (2-0).

Ce deuxième but réveilla quelque peu les Anversois qui mettaient deux fois le nez à la fenêtre en milieu de première période. Mais Jérémy Gucassoff calmait les ardeurs de l’Héraklès en sortant le grand jeu à deux reprises. Et à la demi-heure, ce sont même les Ucclois qui enfonçaient le clou grâce à un envoi croisé d’Anthony Versluys (3-0). Et malgré un p.c. converti par Jérémy Schuermans juste avant la pause, le plus difficile semblait alors fait pour le Racing. D’autant que Smith alourdissait la marque en début de seconde mi-temps sur p.c. (4-1).

Mais c’était sans compter sur un sursaut d’orgueil des Lierrois, qui revenaient dans le match en cinq minutes de temps, grâce à deux nouveaux buts de Jérémy Schuermans sur p.c. (4- 3). Il restait alors 13 minutes à jouer. Et malgré une fin de match folle, lors de laquelle le Racing aurait dû tuer le suspense, les équipes en restaient là, malgré une occasion en or qui aurait pu offrir le partage à l’Héraklès.

Toujours blessé à la main, le meneur de jeu ucclois Jérôme Truyens livrait son analyse après le match : « On s’est fait peur dans les dernières minutes. On a eu plusieurs grosses occasions d’assurer une victoire tranquille et, au lieu de ça, l’Héraklès revient bien dans le match… Mais on prend les trois points et c’est bien là le principal. »

Pour le capitaine lierrois, Amaury Keusters, l’Héraklès a perdu ce match en première période : « C’est dommage parce qu’il y avait peut-être quelque chose à faire. Mais, vu notre première mi-temps et le réalisme du Racing, les choses se sont sérieusement compliquées. Surtout qu’ils font rapidement 4-1 en seconde mi-temps. Mais, vu la superbe fin de match de notre gardien et l’occasion 4 étoiles que nous avons juste après notre troisième goal, on aurait pu repartir d’ici avec un point. Mais soyons objectifs : le Racing mérite clairement sa victoire aujourd’hui. »

 Maxim Baworowski, In Le Soir, lundi 29 octobre 2012.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.