Le Léopold prend un coup sur la tête

En recevant l’un de leurs principaux concurrents pour une place dans le dernier carré, la situation était limpide pour les Bruxellois qui avaient besoin d’un succès pour se remplacer dans la course aux Playoffs.

Et, dès l’entame des débats, le Léo prenait d’ailleurs la rencontre en main pour éviter de se laisser piéger par son adversaire du jour. Mais, après une tentative de Dorian Thiéry et un sleep de Max Plennevaux, ce sont bien les Anversois qui parvenaient à trouver le chemin des filets via Taine Paton, et trois minutes plus tard, par Adam McClelland. Ces deux buts donnaient un véritable coup de fouet aux joueurs locaux qui revenaient dans la rencontre par Max Plennevaux. Les échanges étaient équilibrés et les deux gardiens avaient l’occasion de se mettre en évidence. Le Léo héritait de plusieurs p.c. mais David Van Rysselberghe montrait une nouvelle fois tout l’étendue de son talent.

Après la pause, Max Plennevaux égalisait sur stroke mais la joie était de courte durée pour les supporters locaux puisqu’en seulement trois minutes, le Bee assommait son adversaire en inscrivant trois buts coup sur coup. Le dernier but de Plennevaux ne changeait plus rien à la rencontre.

Après trois victoires consécutives depuis la reprise, les Bruxellois subissaient une défaite au plus mauvais moment. «Je suis très déçu, reconnaissait John Bessell, le coach local. Nous n’avons pas si mal joué mais défensivement, nous n’avons clairement pas été au point. Cela complique sérieusement notre situation pour la suite du championnat. Je pense qu’il faudra, à présent, gagner trois de nos quatre derniers matchs pour finir dans le top 4. Mais nous n’allons pas abandonner. Il faudra aborder les matchs les uns après les autres et retrouver rapidement de la confiance.»

Du coté de David Van Rysselberghe, le gardien anversois, c’était naturellement le soulagement. « Après la défaite de la semaine dernière au Daring, j’‘avais dit à mes coéquipiers qu’il fallait essayer de rester serein. Il était capital de continuer à nous focaliser sur notre propre jeu sans regarder les prestations de nos concurrents. C’est ce qui a fait notre force depuis l’entame de la saison. A présent, nous avons toujours notre sort entre les mains. On va tout donner pour ne rien regretter durant ces quatre dernières journées ! »

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 3 mars 2014.

Lucas Rossi
© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.