CÉDRIC CHARLIER : « JE NE REJOUERAI CERTAINEMENT PAS AVANT LE MOIS DE FÉVRIER ! »

C’est certainement l’une des images fortes de ce premier week-end de l’EHL à Eindhoven. Cédric Charlier emmené à l’hôpital suite à sa chute spectaculaire sur l’épaule lors de la première rencontre face à Cologne. Un coup dur pour le Racing en Coupe d’Europe mais également pour la suite du championnat en division d’honneur puisque l’International est l’un des joueurs clés du dispositif de Marcelo Orlando.  Le Bruxellois sera absent des terrains pour plusieurs mois car il devra subir une intervention chirurgicale en milieu de semaine.

Cédric, peux-tu nous expliquer les circonstances exactes de ta blessure ?
« La balle se trouvait simplement un bon mètre devant moi lorsque j’ai entendu un coéquipier demander celle-ci au second piquet. Le seul moyen de la lui passer, c’était de plonger et c’est ce que j’ai fait. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de préparer « mon atterrissage » et je me suis très mal réceptionné puisque tout mon poids était concentré sur mon épaule. Ma clavicule n’a pas résisté au choc… »

Tu as immédiatement senti que c’était grave ?
« Oui, car au moment du choc, mon oreille n’était pas loin de ma clavicule et le bruit que j’ai entendu m’a tout de suite fait comprendre qu’il y avait quelque chose de casser. De plus, il m’était impossible de me relever tout seul, ce qui n’était naturellement pas bon signe ! »

Quel est le verdict du spécialiste ?
« Le diagnostic est assez simple : la clavicule est cassée. Malheureusement, les deux parties de l’os ne sont pas restées dans le même axe et cette fracture nécessite une opération. Je me fais donc opérer dès mercredi. Pour la suite, je ne connais pas encore tous les détails, mais il me parait évident que je ne jouerai pas avant la reprise du championnat fin février. »

Tu as déjà une idée de quand tu pourras éventuellement reprendre les entraînements ?
« Non, je ne connais pas encore tous les détails pratiques. Mais les cyclistes, par exemple, remontent sur leur vélo assez rapidement après une telle opération. Alors, j’espère pouvoir recommencer à faire du sport, comme du vélo, d’ici deux semaines. Je voudrai ensuite pouvoir courir d’ici 6-7 semaines. Par contre, pour le hockey, ça risque de prendre un peu plus de temps. »

Entretien : Laurent Toussaint


© Jou-Lou Allard<-->

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.