VICTOIRE DANS LA DOULEUR POUR LES RED LIONS

Les joueurs de Marc Lammers s’attendaient, certes, à une chaude réception de la part du pays hôte pour cette troisième rencontre du tournoi mais ils ne pensaient certainement pas qu’ils devraient batailler à ce point pour remporter les trois points. Les Red Lions ont, en effet, dû attendre la 57e minute de jeu pour enfin prendre les devant dans la partie mais surtout ils se sont fait peur jusqu’au coup de sifflet final.

L’entame du match était pourtant à l’avantage des Belges qui obtenaient trois p.c. en huit minutes mais les tentatives de Tom Boon, Loïck Luypaert et Alexander Hendrickx n’atteignaient par leur cible. Dans le même temps, les Français se montraient extrêmement disciplinés et soudés pour empêcher toutes incursions dans leur cercle. Et à la 20e minute, sur leur première véritable occasion, Arnaud Becuwe se retrouvait seul devant Vincent Vanasch qui ne pouvait rien faire pour l’empêcher d’ouvrir le score.

La Belgique tentait de réagir mais les opportunités de buts étaient peu abondantes. Il fallait attendre le cinquième p.c. pour voir Tom Boon redonner le sourire au clan belge en inscrivant son dixième but de la semaine.

Après la pause, la physionomie de la rencontre était identique. Les Lions ne trouvaient pas de solution et se heurtaient à un véritable mur bleu. « Nous avons manqué d’énergie, reconnaissait Florent van Aubel. Nous avons obtenu dix p.c. sur l’ensemble de la partie et nous n’avons pas trouvé la faille. Leur gardien a réalisé un grand match mais ce n’est pas la seule explication. Nous savions que ce ne serait pas évident mais nous ne nous attendions pas à une partie aussi difficile. »

C’est d’ailleurs l’attaquant du Dragons qui libérait son équipe en déviant habillement la balle sur une phase de p.c. à la 57e minute. Neuf minutes plus tard, Loïck Luypaert était bien placé pour reprendre la balle sur le dixième penalty belge (1-3). A quatre-vingt secondes de la fin de la rencontre, Viktor Lockwood redonnait un peu de suspense à la partie mais le score ne bougeait plus.

Marc Lammers ne pouvait naturellement pas être satisfait de la prestation globale de ses joueurs mais il reconnaissait aussi ses torts dans cette victoire étriquée « La France a livré une bonne prestation. Ils ont bien défendu mais nous aurions dû nous mettre à l’abri grâce à nos très nombreux p.c. J’ai peut-être effectué trop de changements durant les 35 premières minutes et cela a déstabilisé le groupe. C’était un peu mieux en seconde période mais je suis fâché sur la manière dont nous avons encaissé nos deux buts. »

La déception était évidemment totale du côté de Lucas Sevestre et du camp français. « Nous avons livré un match de haut niveau mais nous avons concédé beaucoup trop de p.c. Notre bloc était bien organisé et nous avons réussi à déstabiliser les Belges. Malheureusement, seul le résultat compte et nous repartons avec une défaite. »

Samedi, face au Canada, il faudra montrer un tout autre visage pour éviter de se mettre à nouveau dans de telles difficultés…

Laurent Toussaint, in Le Soir, vendredi 10 mai 2013

France – Belgique : 2-3
France :
Zylbermann, Durchon, Fr. Verrier, Sevestre, Scheefer, M. Genestet, Migneau, T. Genestet, H, Gennestet, Baumgarten et Deront ; puis : Becuwe, Forgues, Lockwood, Jean-Jean, Jansen et Ch. Verrier.
Belgique : Vanasch, Van Doren, Luypaert, De Saedeleer, Van Strydonck, Denayer, Dohmen, Gougnard, Boon, Cosyns, van Aubel ; puis : Dekeyser, Dockier, Stockbroeckx, Briels, Keusters et Hendrickx.
Arbitres : Lizana et Drury.
Buts : 20: Becuwe (1-0) ; 34: Boon (1-1) ; 57: van Aubel (1-2) ; 66: Luypaert (1-3) ; 69: Lockwood (2-3).
Cartes vertes : Fr. Verrier, Hendrickx, Ch. Verrier et Dohmen.

Loïck Luypaert face à la France

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.