JEFFREY THYS : « JE N’AI PAS DISPUTÉ UN BON TOURNOI À NEW DELHI… MAIS JE N’ÉTAIS PAS LE SEUL ! »

Ce mardi, dans les installations du Dragons, Marc Lammers recevait la presse. Le coach néerlandais en a profité pour expliquer le programme des Red Lions jusqu’à la Coupe du monde de La Haye mais également annoncer sa sélection de 21 joueurs pour la préparation de la compétition. Une liste dans laquelle ne figuraient pas les noms de Nicolas Dumont et Jeffrey Thys. Si pour le Brabançon, il ne devrait s’agir, normalement, que d’une parenthèse liée à ses études, pour l’Anversois, en revanche, le divorce semble déjà consommé si on s’en réfère aux premières explications du Néerlandais. « J’ai énormément de respect pour ce joueur qui a connu beaucoup de succès. Il est tout simplement en dessous du niveau de mes autres attaquants. J’ai assez de bons joueurs devant. »

Une décision que ne digère pas vraiment l’attaquant de Rotterdam. A 25 ans et 108 sélections, Jeffrey Thys avait encore de réelles ambitions sous le maillot national.

Jeff, la décision du staff semble t’avoir laissé sans voix ?
« Clairement, c’est une grosse surprise. C’est même l’incompréhension totale. Je suis frustré ! »

Tu n’as rien vu venir ? Pourtant, en Inde, lors de la World League, on avait l’impression que quelque chose était déjà cassé entre toi et le coach ? Je me trompe ?
« J’ai effectivement ressenti un malaise grandissant au fil des rencontres. Au début du tournoi, je jouais 30 à 35 minutes puis mon temps de jeu a commencé à diminuer. Je ne sais pas si c’était un hasard ou pas. Mais ce n’était pas simple pour les attaquants car le staff a effectué pas mal de changements tactiques en cours de tournoi. Et certains joueurs ont changé de lignes comme Seb Dockier et Flo van Aubel. »

Ce n’était donc pas évident pour gagner en confiance ?
« Les attaquants n’ont pas été à la fête durant la World League, on est bien d’accord. Et je ne pense pas réellement avoir été un niveau en-dessous de mes partenaires, ni au-dessous d’ailleurs. Je reconnais d’ailleurs sans problème que je n’ai pas disputé un bon tournoi à New Delhi mais je n’étais pas le seul. Et, de là à me pénaliser de la sorte, je trouve que c’est très dur. »

Comment as-tu appris la nouvelle ?
« Je l’ai apprise mardi dernier, à la veille de mon départ pour un stage de six jours, à Barcelone avec Rotterdam. Comme je te le disais, je n’ai pas vu le coup venir. Nous avions rendez-vous, au Novotel de Rotterdam, à 19h00 et un quart d’heure plus tard, la discussion était déjà terminée. Il n’y avait pas grand-chose à dire. Marc Lammers ne m’a pas réellement expliqué pourquoi il avait pris cette décision. Je ne sais pas dire s’il s’agit d’un problème technique, tactique ou même physique. Il m’a juste dit qu’il ne me voyait pas dans l’équipe dans le futur. C’est aussi simple que cela… »

Cela signifie donc la fin de ta carrière sous le maillot des Red Lions ?
« Je pense que les choses sont claires non ? »

Tu ne regrettes pas de t’être battu pour revenir dans le parcours après ta fracture de la main ?
« Non, naturellement pas… Je suis heureux d’avoir accompli ces efforts pour revenir en équipe nationale. J’étais extrêmement bien préparé physiquement pour le tournoi et je pense que je pouvais encore apporter beaucoup de choses à ce groupe et surtout vivre de belles émotions avec mes coéquipiers. Mais bon, je m’incline devant la décision même si elle fait très mal. »

Tu vas pouvoir maintenant te concentrer à fond sur tes performances avec Rotterdam ?
« C’est tout à fait cela. Je vais continuer à démontrer mes qualités sur le terrain mais, soyons clair, sans aucune volonté de revanche. Nous avons de belles ambitions que ce soit en Hoofdklasse ou en EHL. J’espère vraiment remporter des trophées en fin de saison. »

Tu gardes néanmoins de bons souvenirs de ta carrière internationale ?
« Evidemment. Et mon meilleur souvenir reste assurément la qualification pour les JO à Mönchengladbach. C’était une joie intense. Je retiens des moments magnifiques avec Colin Batch, Maxime Luycx ou Benjamin Van Hove, en Allemagne. C’était magique et cela restera clairement une expérience inégalable. »

Entretien : Laurent Toussaint

Jeffrey Thys - Red Lions
© FIH

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By Lagrange Didier

    In mijnogen de meest complexloze spits die er is!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *