JÉRÔME TRUYENS : « LA BELGIQUE N’EST PLUS UN OUTSIDER. C’EST CE QUE NOUS VOULIONS ! »

Après une bonne nuit de sommeil et une autocritique constructive de la défaite, Jérôme Truyens était plus motivé que jamais ce matin lors du point presse organisé à l’hôtel des joueurs à Venlo. Déjà concentré sur le prochain affrontement face à la Russie, il a accepté de faire le point avec nous sur le début du tournoi des Red Lions et sur les prochains jours capitaux qui s’annoncent pour le groupe.

Jérôme, est-ce que ce revers face à l’Allemagne a hanté ta nuit ?
« Non pas du tout. J’ai même bien dormi. En effet, nous avons regardé le match hier et nous avons analysé ce qui avait fonctionné et ce qui devait être amélioré au plus vite. Chacun a fait son autocritique et le groupe a discuté ensemble sans vouloir pointer l’un ou l’autre des membres de l’équipe du doigt. C’était important à faire. Il faut tirer des leçons de ces erreurs pour qu’elles ne se reproduisent plus. Nous sommes tous très déçus et amers suite à cette défaite même si nous savions que ce match face à l’Allemagne serait certainement l’un des plus difficile. Nous avons manqué de tempo et nous ne sommes pas parvenus à suivre le rythme imposé par nos adversaires. Nous avons aussi manqué de lucidité à certains moments clés de la partie. »

Mais il ne faut pas oublier non plus que l’Allemagne a évolué à un niveau très élevé.
« C’est vrai. Tu as raison de le souligner. Nous n’avons pas perdu contre n’importe qui non plus. Ils ont joué intelligemment le coup en attendant que nous commettions des erreurs. Et cela s’est produit par deux fois. Ils ont certainement livré l’un de leur meilleur match depuis longtemps. Mais c’est vrai que notre équipe était en-dessous du niveau auquel elle aurait dû prester. »

L’entraîneur allemand a dit lors de la conférence de presse d’après-match que la Belgique avait évolué exactement comme il s’y attendait. Tu es d’accord avec cela ?
« C’est quelque peu exagéré. D’accord, nous avons évolué compacts et agressifs. C’est plutôt normal non ? Nous aurions pu les surprendre si nous avions évolué plus haut. Mais si Markus Weise dit cela, c’est un peu prétentieux de sa part. »

Le fait de ne plus être considéré comme un outsider par vos adversaires, c’est un désavantage ?
« C’est ce que nous voulions et ce que nous attendions. Nous avons changé de statut et nous devons faire avec aujourd’hui. Nous voulons faire partie du Top européen et faire partie des quatre meilleures nations du continent. Lors de nos affrontements avec l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Angleterre ou l’Espagne, nous pouvons gagner certains matchs. Ce n’était pas le cas auparavant. Nous allons continuer à travailler dans ce sens dans les années à venir. Nous progressons mais les autres nations également. Il faut donc poursuivre l’investissement dans les équipes U21, U18 et U16.

Comment vois-tu la rencontre face à la Russie ?
« Nous savons que le match sera physique. Nous allons soigner le résultat et marquer le plus possible. Mais la différence de but ne sera peut-être pas décisive. Nous connaîtrons le résultat de l’affrontement entre l’Allemagne et l’Espagne. Nous avons regardé attentivement la vidéo du match Russie et Espagne et nous n’avons pas trouvé nos futurs adversaires si agressifs que cela. On va devoir jouer concentrés et tenter de bien combiner. Ils vont beaucoup jouer dans leur 25 et les p.c. seront certainement décisifs. Il faudrait que nous héritions de 8 ou 9 penalty et que nous en convertissions la moitié. Jérôme Dekeyser est bien préparé et Tom Boon a  très bien sleeper lors des derniers matchs. Nous avons donc des possibilités. Je suis donc confiant de ce côté-là. »

Entretien : Laurent Toussaint à Mönchengladbach

© Hockeybelgium

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *