« POUR SOFIE GIERTS, LA PORTE EST DÉFINITIVEMENT FERMÉE »

Spectaculairement écartée du noyau des Belgian Panthers pour les Jeux olympiques pour des raisons de comportement peu de temps après la qualification de l’équipe féminine belge lors du tournoi de Kontich, Sofie Gierts a-t-elle encore une chance d’y faire son retour alors que la préparation finale va commencer ?

La joueuse de l’Antwerp, qui affirme ne pas avoir reçu d’explications claires sur les raisons de son éviction, semble l’espérer, sans doute confortée par une entrevue programmée la semaine prochaine avec les dirigeants de la fédération (ARBH) et par des mouvements de soutien qui ont vu le jour dans l’entourage de son club. Des mouvements largement relayés ces derniers temps par la presse flamande, surtout après le doublé championnat-Coupe de l’Antwerp.

Bert Wentink, le directeur technique national de l’ARBH, ne laisse cependant aucun espoir à la joueuse anversoise. « Que les choses soient claires, dit-il : il n’y a aucune ouverture. Pour Sofie Gierts, la porte de l’équipe nationale est définitivement fermée. Elle aura, certes, une réunion la semaine prochaine avec Marc Coudron, le président de la fédération, et d’autres dirigeants, mais nous ne changerons pas d’avis. Elle a eu, en son temps, une conversation avec Pascal Kina qui lui avait expliqué ce qu’il voulait et ce qu’il ne voulait pas. Il y a eu d’autres discussions avec le staff. Elle n’a pas voulu en tenir compte. »

Selon Wentink, qui ne veut pas entrer dans les détails, le maintien de Gierts dans le noyau aurait comporté trop de risques à l’aube d’une compétition où les joueuses seront réunies pendant près de trois semaines. « En écartant Sofie, nous avons aussi opté pour la sérénité dans le groupe. »

Philippe Vande Weyer, In Le Soir, vendredi 1er juin 2012


© ARBH

Commentaires

One Comments

  1. Reply Post By gonzague klein

    les raisons de l’éviction de Giertls sont certainement fondèes et suffisamant graves pour ne pas être dètaillèes. laissons le staff travailler en toute sèrènitè.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.