LE « GIERTSGATE » CONTINUE À FAIRE DES VAGUES

Quelques jours après l’éviction de Sofie Gierts du noyau des Belgian Panthers par le staff de l’équipe et ce, à moins de 100 jours du début des Jeux olympiques, les tensions sont loin d’être apaisées dans le petit monde du hockey belge, qui ne s’attendait visiblement à de telles retombées médiatiques. Le « Giertsgate » continue à susciter énormément d’émotions, comme le prouve la création, sur Facebook, de groupes de soutien pro-Gierts (10.191 membres au dernier recensement), avec certains commentaires aux relents communautaires, et pro-Red Panthers «no matter what » (9.424).

Ce dimanche, Sofie Gierts était l’invitée de l’émission « De Zevende Dag » sur la VRT. Tout en admettant avoir « un caractère fort, qui est l’une des raisons pour laquelle je fais du sport de haut niveau », elle y a confirmé se poser encore « beaucoup de questions » sur les vraies raisons de sa mise à l’écart. Elle a également démenti avoir reçu l’une ou l’autre mise en garde préalable de la part du staff.

Confronté en direct avec la joueuse anversoise depuis Waterloo avant la rencontre Racing-Watducks, Pascal Kina, le coach des Panthers, a soutenu, au contraire, que des avertissements lui avaient été adressés au préalable. «C’est à elle de voir comment elle les comprend… On a longtemps contrôlé le problème Gierts, mais à un moment, il fallait que ça s’arrête. »
Même si Sofie Gierts a laissé entendre qu’elle espérait encore un revirement de la décision, Pascal Kina lui a laissé peu d’espoir en affirmant que « si elle avait été écartée pour des raisons sportives, on aurait pu discuter, mais ici, il s’agit de raisons extra-sportives. »

Logiquement très discrètes sur cette affaire depuis jeudi, les Belgian Panthers ont, de leur côté, diffusé un communiqué dimanche soir dans lequel elles prennent résolument parti pour leur entraîneur. « L’équipe confirme son entier soutien au sélectionneur et au staff. Elle partage ces choix qui ont été faits pour le bien de l’équipe : ils permettront une évolution harmonieuse et positive du groupe », peut-on notamment y lire.

Reste à voir si cette prise de position calmera les tensions à une période cruciale de la préparation pour les Jeux de Londres…

Laurent Toussaint & Philippe Vande Weyer, dans Le Soir, lundi 30 avril 2012.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.