MIKA VAN CUTSEM : « LES SESSIONS NE DOIVENT PLUS ÊTRE DURES MAIS TRÈS TRÈS DURES ! »

L’un des éléments clés de ce Championnat d’Europe sera une nouvelle fois la capacité physique des joueurs. Depuis plusieurs années, la condition physique de nos Red Lions est l’un des gros points forts du groupe. Mika Van Cutsem est le préparateur physique de l’équipe nationale belge depuis de nombreuses années. Comme pour chaque rendez-vous à enjeu, il a amené le groupe à un niveau très important.

Mika, la préparation physique de ce rendez-vous a-t-elle été différente de celle des autres tournois ?

« Oui, dans la mesure où nous avons plus axé le travail vers des sessions lourdes impliquant beaucoup de changements de directions. L’intensité était très élevée ! »

Sur quels aspects ont été placées les priorités ?

« La priorité a été placée sur la faculté qu’on les joueurs à maintenir un tempo de course élevé (puissance aérobie) tout en y greffant des sprints et des changements de direction constants ! La récupération était elle aussi beaucoup plus faible au sein d’un même entraînement physique. »

Comment avez-vous travaillé depuis le début de la préparation ?

« Nous avons suivi à la lettre le plan prévu ! Tous les entraînements ont été exécutés par les joueurs qui se sont investis à fond dans le processus. Du premier au dernier entraînement, ils se sont donnés. Le dernier entraînement fût d’ailleurs un des plus dures de toute ma carrière (rires). Et ils ont adoré cela ! »


© Philippe Demaret

Les nouveaux schémas tactiques et la nouvelle disposition sur le terrain ont-ils eu une influence sur la préparation physique ?

« Bien entendu, toute la réflexion a été basée sur la modification des règles permettant une mise en jeu immédiate de chacun des coups francs. En plus de courir vite, les joueurs doivent aussi être capables de se repositionner constamment pour bloquer le jeu adverse. Le jeu défensif est beaucoup plus intense qu’avant. On sait qu’une conduite de balle ou qu’une position courbée augmente la dépense énergétique. La débauche d’énergie nécessaire a sensiblement augmenté ! Vous devez imaginer un joueur courant constamment à 14 ou 15 km/h modifiant son tempo régulièrement par des sprints hyper intenses… Je vous mets au défi de tenir le rythme… Pour compléter cela, nous avons aussi essayé de rendre systématique certains exercices excentriques : freinage-démarrage-arrêts brusques-bonds. »

La condition physique reste une des qualités principales de la Belgique par rapport aux autres nations. Pourquoi ?

« Lors des matchs contre l’Allemagne nous avons de nouveau émergé physiquement, ce fut aussi le cas lors des 15 dernières minutes contre l’Espagne. Je pense toujours que les préparateurs physiques, en général, ne poussent pas les joueurs dans leurs réels retranchements. Les sessions ne doivent plus être dures, elles doivent êtres très très dures ! »


© Hockeybelgium

Qui sont les joueurs qui sortent du lot physiquement ?

« Felix Denayer, Jérôme Truyens sont des athlètes mais tout le groupe a augmenté son niveau ! Il n’y en a pas un qu’il faut souligner en particulier. »

Entretien : Laurent Toussaint

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.