MARC COUDRON : « TECHNIQUEMENT, LES BELGES N’ONT PLUS RIEN À ENVIER AUX MEILLEURES NATIONS MONDIALES. »

A trois jours de la première rencontre face à l’Allemagne, les attentes de la Fédération belge de hockey sont très grandes avant le coup d’envoi du Championnat d’Europe de hockey. Pour Marc Coudron, le président de l’ARBH, il ne faut pas tourner autour du pot. Les Red Lions doivent finir dans le TOP 4 et ainsi se qualifier immédiatement pour la prochaine Coupe du monde indienne.

L’équipe est très jeune et moins expérimentées qu’à Manchester en 2007…
« C’est vrai, cependant elle regorge de talents, à l’instar d’un Simon Gougnard, tout simplement éblouissant à Nivelles en U18 début juillet. Une Coupe d’Europe U18 n’est évidemment pas une Coupe d’Europe A, néanmoins, je suis très confiant : le niveau physique des joueurs sera excellent, la préparation tactique d’Adam Commens va apporter des surprises aux équipes adverses, et techniquement, les Belges n’ont plus rien à envier aux meilleures nations mondiales. Enfin, mentalement, n’oublions pas que tous ces jeunes ont toujours été au moins aussi forts que les Hollandais, Allemands, Anglais et Espagnols dans les différentes catégories d’âge, et qu’ils n’ont dès lors pas de complexe vis-à-vis de ces nations. C’est d’ailleurs à mes yeux le grand changement de ces dernières années : on regarde les adversaires, droit dans les yeux, en étant prêt à la confrontation. »

Vous croisez les doigts pour une qualification immédiate pour la CM ? Sinon le calendrier du prochain championnat sera très serré…
« Nous avons naturellement un plan B le cas échéant. Un plan B qui occasionnerait de nombreuses difficultés pour présenter un championnat le moins chahuté possible, en tenant compte des différentes tours EHL, du tournoi qualificatif, du Champion’s Challenge et de la Coupe du Monde. On peut dire qu’il serait très serré, en effet ! »

Quel est le chemin qui a été parcouru depuis la troisième place au Championnat d’Europe de Manchester en 2007 et cette qualification olympique ?
« Il est tout simplement gigantesque. Tout d’abord, de manière générale, nous sommes enfin reconnus comme un sport olympique, avec des athlètes qui se préparent de manière très professionnelle. La qualification a aussi enchanté les sponsors, qui s’identifient non seulement à nos valeurs fortes – de respect, fair-play, esprit d’équipe et convivialité – mais aussi aux performances sportives de nos différentes équipes nationales ; vis-à-vis du COIB aussi, sans qui rien ne serait possible, et qui sous l’impulsion de Pierre-Olivier Beckers a réussi à qualifier deux sports d’équipe pour les JO de Pékin. Nous avons également d’autres relations avec les mass media puisque nous avons enfin une présence télévisuelle et une reconnaissance de la presse flamande, ce qui restait notre talon d’Achille jusqu’il y a peu. Nous avions fêté notre 20.000e membre fin 2007 et, aujourd’hui, nous dépasserons les 24.000, deux ans plus tard. Cette qualification a également eu de l’influence pour les autres équipes nationales, pour l’image que les J.O. véhiculent dans l’esprit des futures stars du hockey belge. On l’a d’ailleurs remarqué avec nos dames à Kazan : elles sont arrivées au tournoi avec le sentiment que si les hommes avaient réussi à se qualifier, elles aussi pouvaient y arriver ; ce qui a failli se passer, et ce qui se réalisera à Londres où nous irons avec nos deux équipes représentatives. »

Mais ce n’est pas tout ?
« C’est exact, le chemin qu’il reste à parcourir est tout aussi gigantesque. Nous souhaitons mettre l’accent, dès maintenant, sur une augmentation de la professionnalisation au sein de l’ARBH, sur l’amélioration de la qualité et de la quantité de l’encadrement sportif dans les clubs, et surtout au niveau des plus jeunes. Le chemin est encore pentu mais le meilleur reste à venir. »

Après le titre de champion d’Europe en U18, la médaille d’or des Dames à Rome, le hockey belge continue son petit bonhomme de chemin…
« Je corrigerais en disant que le hockey belge continue à évoluer rapidement, et ne s’est heureusement pas reposé sur ses lauriers olympiques. Ces différentes performances en équipes nationales jeunes et Dames prouvent que la pyramide est extrêmement saine, que les performances en messieurs et en dames ne sont qu’un début, et que dorénavant nous irons systématiquement en Coupe du Monde et aux J.O. en messieurs et en dames, ce qui sera très bénéfique pour l’ensemble du hockey belge. »

Entretien : Laurent Toussaint

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *