VERS LA PASSE DE TROIS POUR LE WATDUCKS ?

Les vacances auront été de bien courte durée pour les hockeyeurs belges qui reprennent déjà le chemin de la compétition domestique, une quinzaine de jours seulement après la magnifique médaille d’argent remportée par les Red Lions lors de l’Euro, au Braxgata. Un championnat qui sera une nouvelle fois saucissonné en deux grosses périodes d’un peu moins de trois mois en raison des obligations de notre équipe nationale (la finale de la World League, à New Delhi, au mois de janvier, et la Coupe du monde, à La Haye, à la fin mai). Il faudra donc être prêt au bon moment et surtout ne pas se louper dès l’entame de la compétition.

Un championnat que l’on espère palpitant malgré que peu de clubs de l’Elite semblent réellement s’être renforcés durant la trêve estivale. Tout bénéfice donc pour le Waterloo Ducks, double champion en titre, qui conserve donc les faveurs des pronostics malgré le départ de la révélation du dernier championnat, Tanguy Cosyns, de retour dans son club formateur (Daring). Le club brabançon qui continuera à s’appuyer sur l’expérience de ses cadres (Maxime Luycx, Thomas Van den Balck et Benjamin Van Hove ont décidé de poursuivre pour une saison supplémentaire) et de ses internationaux pour tenter de remporter un cinquième sacre.

Pour contester la suprématie du Watducks, c’est certainement du côté du Dragons qu’il faut se tourner. Les Anversois, qui devront, eux, digérer le départ de leur capitaine emblématique, Jeffrey Thys, à Rotterdam peuvent toutefois s’appuyer sur une équipe jeune mais déjà très expérimentée puisque son ossature principale est également celle de l’équipe nationale.

Mais d’autres candidats déclarés sont prêts à tirer leur épingle du jeu comme le Léopold (sans Elliot Van Strydonck parti tenter sa chance à Oranje Zwart), le Daring (qui veut franchir un nouveau cap et qui possède un noyau très équilibré), Louvain (qui a élagué son groupe mais qui est parvenu à conserver sa star Pau Quemada) ou le Racing. Ces derniers se sont, certes, inclinés trois fois en finale lors des quatre dernières années, mais ils comptent sur leur nouveau coach suisse, Christian Cavallet, pour trouver la parade. Toutefois, vu les départs de Simon Gougnard et de son buter super star Tom Boon, à Bloemendaal, cette saison risque avant tout d’être celle de la reconstruction.

En milieu de classement, on devrait retrouver les mêmes formations que l’an dernier, à savoir le Beerschot (sans les frères Goldberg qui ont rangé leurs sticks au vestiaire définitivement), le Braxgata, l’Antwerp, l’Herakles qui tenteront principalement de jouer les trouble-fêtes dans la lutte pour les places en demi-finales. Car, en ce qui concerne les deux promus, Namur et la Gantoise, la saison risque d’être bien longue et se résumer avant tout à limiter la casse vu la différence de niveau de plus en plus importante entre la division d’honneur et la DH.

Laurent Toussaint, In Le Soir, jeudi 12 septembre 2013.

Commentaires

3 Comments

  1. Reply Post By Dautel benoît

    Bonjour Laurent,
    pour ton information, il n’y a pas de barrage entre DH et D1 cette saison. Il y a uniquement 2 descendants directs.

  2. Reply Post By Laurent Plaisant

    Laurent,
    petite précision : le règlement a été modifié. En raison d’un calendrier de championnat farfelu, les barrages entre DH et D1 ont été supprimés pour cette saison 2013 – 2014.

    1. Merci messieurs pour la précision ! Pas de réelle communication à ce sujet de la part de la Fédé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *