DE NOUVELLES RÈGLES POUR ENCORE PLUS DE SPECTACLE ?

Les Australiens ne sont jamais en manque d’idées. Et cette fois-ci, c’est le hockey qui pourrait profiter de certaines innovations si celles-ci sont un jour acceptées par la FIH (Fédération internationale du hockey). Les dernières modifications des règles du jeu datent de la fin de l’année 2008 (avec une application le 1er mai 2009) avec l’introduction de la self-pass et l’interdiction, lors d’un coup-franc dans la zone des 23 mètres, d’envoyer directement la balle dans le cercle.

Et aujourd’hui, c’est lors d’un tournoi mondial « Quatre nations » masculin et féminin qui sera disputé à Perth du 20 au 23 octobre prochain qu’une série impressionnante de nouvelles règles sera testée par l’Australie, le Pakistan, la Malaisie et la Nouvelle-Zélande. Ric Charlesworth et Adam Commens, les deux coachs nationaux tenteront de démontrer que ces changements pourront créer un nouvel engouement autour de la discipline. « Le hockey est déjà une discipline rapide avec beaucoup de suspens et d’intensité. Ces éventuels changements pourraient encore amplifier cela en rendant la discipline encore plus offensive. De quoi garantir une plus belle visibilité encore pour notre sport mais aussi augmenter le nombre d’amateurs dans le monde. »

Mais quelles sont ces nouvelles règles qui seront testées en octobre prochain ? Chaque match durera deux fois 15 minutes au lieu des deux fois 35 actuels. Ce seront neuf joueurs qui évolueront sur le terrain à la place de onze, avec deux attaquants qui seront obligés de rester dans le camp adverse durant toute la partie. A côté de cela, les penaltys seront simplifiés pour assurer une meilleure visibilité, aussi bien pour les spectateurs que pour les téléspectateurs : quatre attaquants y feront face à deux défenseurs (au lieu de quatre) et au gardien.

« Je trouve cela assez intéressant d’expérimenter de nouvelles règles qui pourraient rendre le hockey plus rapide et spectaculaire qu’il ne l’est déjà aujourd’hui, réagit Maxime Luycx, le capitaine des Red Lions. Je suis d’ailleurs impatient de voir ces matchs internationaux avec l’application de ces règles. Mais je pense que toutes ces règles feraient du hockey un autre sport que celui qu’on pratique aujourd’hui et je ne suis pas favorable à des changements si radicaux. »

C’est ainsi que la réduction du nombre de joueurs sur le terrain ne recueille pas réellement les suffrages du milieu de terrain du Waterloo Ducks. « Le fait d’évoluer à neuf contre neuf va offrir beaucoup plus d’espace sur le terrain mais cela va également imposer des efforts physiques bien plus importants. Or, je trouve que l’une des beautés de notre sport, c’est d’offrir de belles combinaisons rapides dans de tout petits espaces. Mais à côté de cela, j’aime beaucoup l’idée de remplacer un stroke par un 1 contre 1 entre le gardien et un joueur qui démarre de la ligne des 23 yards. Cela pourrait donner lieu à de très beaux duels. »

Et ce n’est pas tout, les Australiens veulent également essayer de limiter les arrêts de jeu en acceptant une plus grande tolérance dans les fautes de pieds ou de stick pour que les arbitres ne sifflent plus à tout va. C’est ainsi que si le pied touche la balle en dehors du cercle, que cela n’a pas de réelle influence sur le jeu et qu’il s’agit d’un acte involontaire, le jeu pourrait se poursuivre.

« C’est important que le hockey puisse continuer à évoluer, conclut encore le Bruxellois. Et cela passe bien entendu par l’application de nouvelles règles. Mais d’un autre côté, je trouve qu’à l’heure actuelle, le jeu est déjà suffisamment rapide et spectaculaire. Il n’est donc pas nécessaire d’introduire, en une seule fois, autant de nouvelles règles. Il est ainsi plus important de se pencher sur les choix concernant la courbure de stick. Une évolution qui permettrait certainement la possibilité de développer de plus en plus de phases sur penalty, une idée qui me plaît bien

Plus rapide, plus passionnant et plus productif en buts, voilà un programme qui devrait enchanter les amateurs de hockey spectacle. A condition, toutefois, qu’on n’altère pas l’essence même de la discipline…

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 21 mars 2011.


© Euro Hockey League / Frank Uijlenbroek

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *