PHILIPPE GOLDBERG : « ON A EU NOTRE CHANCE POUR ATTEINDRE LA FINALE ! »

Les médaillés de bronze de ces premiers Jeux olympiques de la Jeunesse sont rentrés au pays ce samedi matin avec des souvenirs plein la tête. Pour Philippe Goldberg, le coach des Boys, le bilan est très positif même si la déception reste palpable après la désillusion face au Pakistan. Une défaite qui a privé la Belgique de finale.

Philippe, quel est ton bilan après ces Jeux ?
« Nous terminons à une troisième place devant moins fort que nous et derrière le Pakistan et l’Australie qui, chacun dans leur style, ont développé un hockey bien supérieur au nôtre. Cependant on a eu notre chance d’atteindre la finale, mais on connaît la suite… »

La déception a été très importante après cette défaite face au Pakistan ?
« Oui car tout le groupe voulait jouer cette finale. Il a fallu se remettre dans le bain pour assurer cette médaille de bronze. Maintenant j’espère que cela donnera un élan à ce groupe qui a réalisé qu’il devra rattraper son retard sur certaines nations. Il faudra travailler, on fait déjà énormément, mais il n’y a pas de secret en sport, on devra encore faire plus. »

Quels sont tes motifs de satisfaction ?
« Nous avons été compétitifs tout au long du tournoi et les informations qu’on peut retirer de ce genre de tournoi sont énormes. Maintenant il faudra profiter de cette expérience afin de confirmer la progression de nos jeunes en général. »

Ces Jeux olympiques de la jeunesse sont une expérience incroyable pour ce groupe ?
« Oui, effectivement. C’était le premier tournoi officiel pour la plus grande partie de mon noyau. C’est une expérience unique pour le staff et les joueurs. Pas seulement le tournoi, mais aussi tout ce qui entoure un événement de cette envergure. »

Selon toi, est-ce que certains joueurs présents à Singapour ont le potentiel pour devenir des cadres en équipe nationale A ?
« Oui, bien sûr. Et c’est une des raisons pour laquelle ce tournoi est tellement bénéfique pour cette tranche d’âge et le hockey belge en général. Ils ont été exposés à une compétition, des adversaires, une pression, une organisation auxquels d’autres joueurs n’ont jamais eu la chance de pouvoir se frotter à leur âge. Il y en a plusieurs qui sont sur le bon chemin et c’est tout ce que je leur souhaite. Ils savent ce qu’il leur reste à faire, bosser comme des acharnés afin de réaliser leurs objectifs ! »

Entretien : Laurent Toussaint

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *