UN MATCH NUL QUI N’ARRANGE FINALEMENT PERSONNE

Il a finalement fallu attendre le dernier quart d’heure de jeu pour enfin vibrer lors de cette partie relativement terne entre deux équipes qui se sont créées finalement très peu d’occasions franches sur l’ensemble de la partie. Avant cela, et malgré quatre buts, les courageux spectateurs qui avaient bravé le froid pour assister au match avaient clairement trouvé le temps long. Pourtant tout avait  bien démarré puisque le score était déjà de 1-1 après douze minutes de jeu. Jonathan Beckers ayant  riposté sur une belle déviation à un sleep dans le plafond de Grégory Gucassoff. Deux minutes avant la pause, l’international inscrivait son deuxième penalty de l’après-midi en plaçant la balle exactement au même endroit dans la cage de Quentin Walraevens. A part ces trois buts, on ne dénombrait pas une seule autre occasion de but !

En seconde période, les Bruxellois se montraient enfin plus entreprenants en zone de conclusion. Après un poteau de Jérôme Toussaint, Julien Meyers ramenait le Léo à la hauteur de son adversaire. Poussés par leur public, les Ucclois obtenaient trois p.c. en moins de quatre minutes mais ils se montraient incapables de tromper la vigilance de Joep Welten. Puis, finalement, à huit minutes du terme, Jonathan Beckers trouvait une dernière fois le chemin des filets d’une fort belle déviation dans une masse de joueurs. Et alors que le Léopold semblait en bonne voie pour décrocher sa seconde victoire du week-end, Grégory Gucassoff démontrait une nouvelle fois sa redoutable agilité sur p.c. (3-3).

Pour Murray Richards, le coach visiteur, son équipe avait juste assuré l’essentiel lors de cette partie. « Tout commence à se mettre en place dans le groupe mais les attaquants doivent encore travailler. C’est notre secteur du jeu qui doit encore se montrer plus performant et continuer à travailler. A côté de cela, nous prenons un bon point puisque nous revenons sur le fil. »

« Nous nous créons de très nombreuses occasions de but mais nous manquons de réalisme, analysait, de son côté, Jonathan Beckers, le longiligne attaquant bruxellois. Je sais que ce n’est pas nouveau au Léo ! Nous pénétrons beaucoup dans le cercle adverse mais nous devons être plus dangereux. Aujourd’hui encore, si nous marquons plus rapidement, la partie doit être pliée. Avec ce résultat, nous perdons deux points importants pour recoller aux équipes du Top 4. »

Enfin, pour Grégory Gucassoff, le buteur anversois, le sentiment était assez mitigé à l’issue du coup de sifflet final. « Je suis très content d’avoir marqué à trois reprises mais également d’avoir atteint une belle moyenne de trois p.c. sur quatre. J’ai travaillé beaucoup pendant la trêve, princièrement en m’astreignant à de nombreuses séances de fitness pour gagner en puissance. Nous prenons un point. C’est mieux que rien mais je pense que nous pouvions repartir avec deux unités supplémentaires. »

Laurent Toussaint, In le Soir, lundi 7 mars 2011.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.