LE RACING SE PRÉPARE EN VUE DES PLAYOFFS ET LE LEO SE MORD LES DOIGTS

La fin de rencontre a été passionnante mais il était écrit que le Léo ne marquerait plus mais surtout qu’il ne parviendrait pas à surprendre le Racing, toujours sur un petit nuage depuis qu’il a assuré sa qualification pour la prochaine édition de l’EHL. Avec ce nouveau poteau de Charles Masson, alors qu’il restait moins d’une minute à jouer dans cette avant-dernière journée de la saison, le Léopold peut certainement se mordre les doigts. Mais c’est pourtant, beaucoup plus tôt dans la partie, qu’il s’est mis, lui-même, dans cette situation complexe, comme la semaine dernière au Dragons.

« C’est effectivement le même schéma de rencontre, analysait quelque peu dépité Mika Van Cutsem, le coach local. Nous nous sommes créés de multiples occasions de buts et nous ne les concrétisons pas. C’est notre problème depuis plusieurs semaines. Nous devons être bien plus concentrés sur notre sujet et ce, dès l’entame des débats. Voilà pourquoi, nous sommes toujours barragistes actuellement. »

Car, en effet, après seulement une minute de jeu, Guillermo Garcia plaçait, à côté, une balle immanquable, tout comme sept jours auparavant à Brasschaat. Un raté qui se payait cash puisque Tom Boon ouvrait déjà le score sur la première action des visiteurs (une ouverture parfaite de Jérôme Truyens) dans le cercle d’Adrien Simonet.

Mais ce but ne tempérait pas les ardeurs du Léo qui avait besoin d’une victoire pour quitter la zone de barragiste. Les rouges et blancs obtenaient deux p.c. consécutifs mais Jérémy Gucassoff gardait sa cage inviolée. Et, juste avant la demi-heure, suite à une perte de balle dans l’axe, Julien Meyers récupérait la balle et la cédait à Jonathan Beckers qui ne se faisait pas prier pour égaliser.

« En première période, nous n’avons pas été très inspirés, expliquait de son côté Marcelo Orlando, le mentor visiteur. Soyons honnêtes, le Racing a évolué à 60% de ses possibilités durant toute la partie. J’ai senti mes joueurs fatigués et nous avons oublié de jouer au hockey à certains moments de la rencontre. Mais, à côté de cela, nous voulions gagner ce match pour continuer à monter en puissance avant les Playoffs. Nous avons accéléré le jeu lorsqu’il le fallait et nous avons démontré toute notre habillité sur les combinaisons courtes. Ce sont des actions que nous travaillons beaucoup à l’entraînement et cela porte ses fruits. »

D’ailleurs, dès l’entame de la deuxième mi-temps, les visiteurs mettaient le turbo en frappaient coup sur coup via Tom Boon (sur p.c.) et Cédric Charlier, bien en jambe depuis plusieurs semaines. Les nombreux supporters des Rats pensaient alors que le match était plié mais c’était sans compter sur la combativité de Jérôme Toussaint et de ses coéquipiers qui revenaient, par deux fois, à un petit but de leurs adversaires.

Au final, le Léo doit donc à nouveau s’en prendre à lui-même. La semaine prochaine, face au Beerschot, il faudra marquer et gagner pour ne rien regretter. Ensuite, il faudra attendre les résultats des autres rencontres pour être définitivement fixé sur son sort.

Laurent Toussaint, In Le Soir, lundi 26 avril 2010.


© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.