ELLIOT VAN STRYDONCK : « J’AI DIRECTEMENT ACCROCHÉ À L’ATMOSPHÈRE FAMILIALE D’ORANJE ZWART. »

Le défenseur international a donc décidé de sauter le pas et de rejoindre le meilleur championnat du monde. Malgré des contacts avec Bloemendaal, il a décidé de rejoindre Oranje Zwart et Thomas Briels. Le club d’Eindhoven possède, en effet, de nombreux points communs avec le Léopold.

Elliot, pourquoi avoir décidé de quitter le Léo ? Tu avais fait le tour de la question en Belgique ?
« Je voulais partir afin de pouvoir poursuivre mon développement au niveau du hockey mais surtout pour grandir personnellement en parallèle de cet investissement qui nous prend énormément de temps. J’ai 24 ans et j’avais envie de sortir de ce confort que j’ai chez mes parents et dans mon club. Je rejoins OZ pour le hockey mais également pour parfaire mon néerlandais, rencontrer de nouvelles personnes et pour toucher à une autre culture. »

Pourquoi les Pays-Bas ?
« J’ai choisi les Pays-Bas car j’avais toujours dit que je ne quitterai jamais le Léo, qui est mon club de cœur, pour un autre club belge même si j’ai tout de même reçu une très belle proposition du Waterloo Ducks qui m’a fait beaucoup réfléchir. Si je recevais une offre dans l’un des clubs du top 5 en Hoofdklasse, il y avait effectivement de grandes chances que je saute le pas. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé après mes contacts concrets avec Oranje Zwart. »

Pourquoi avoir choisi OZ et pas Bloemendaal ?
« Même si Bloemendaal a toujours été le club de mes rêves vu la présence de Teun De Nooijer dans ses rangs, j’ai pris la décision de rejoindre Oranje Zwart car, dès mes premières réunions, j’ai accroché avec cette atmosphère familiale. A côté de cela, l’équipe est très soudée et surtout très solide. L’ambiance à Eindhoven se rapproche assez fort de celle du Léo et je pense que  j’ai vraiment besoin de cela pour m’épanouir complètement. »

Tu as parlé de ce choix avec Marc Lammers ?
« Bien entendu. Je lui ai expliqué que j’avais l’intention de partir du Léo pour rejoindre les Pays-Bas et que je voulais avoir son avis. Il m’a expliqué que même au Léo, en tant que meneur et capitaine, je pouvais continuer à évoluer mais que si j’avais l’envie de rejoindre le championnat néerlandais, il respecterait mon choix. Marc préfère, dans un premier temps, que nous restions en Belgique pour continuer à élever le niveau du championnat chaque année mais, comme je te l’expliquais, je sentais réellement que j’avais besoin de partir à l’étranger. »

Tu vas entreprendre des études en parallèle ?

« C’est exact. J’ai déjà mon diplôme de Marketing de gestion à l’Ephec depuis plus de deux ans et je sentais que j’avais besoin de développer encore mes compétences à ce niveau-là. C’est pourquoi, j’ai envie je vais faire une année d’étude de Sport Business Management en anglais à la Johan Cruyff University ou ailleurs à Eindhoven. »

Tu reviendras un jour au Léo ?
« Je veux revenir au sein de mon club après cette expérience néerlandaise. Je ne sais pas encore quand car c’est un contrat de deux ans avec option pour une troisième saison mais j’ai le sang rouge et blanc qui coule dans mes veines depuis ma naissance. Robert Van der Horst le capitaine d’Oranje Zwart et de l’équipe des Pays-Bas en est le meilleur exemple. Il est l’enfant du club mais il est  parti pendant trois ans afin d’aller voir ailleurs. Il est revenu encore plus fort, cette année, dans son club de cœur pour les conduire vers le titre de champion. »

Entretien : Laurent Toussaint

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.