La Belgique balayée par l’Allemagne en ouverture de l’Euro indoor

Cette première journée du Championnat d’Europe indoor à Berlin s’annonçait déjà décisive pour les joueurs d’Alex De Chaffoy qui devaient obligatoirement récolter des points lors de leurs deux rencontres du jour pour espérer disputer les demi-finales du tournoi. Mais l’entame de compétition a viré au cauchemar pour les Red Lions qui ont sombré lors de leur duel face à la redoutable Allemagne (2e au classement mondial). Les Belges ont été tout simplement balayés par un adversaire qui les a surclassé dans tous les secteurs du jeu et, à qui, tout a réussi.

Il ne fallait d’ailleurs que 61 secondes à Hannes Müller pour lancer les hostilités. Heureusement, la réaction était immédiate avec une belle possibilité pour Gaëtan Dykmans. Mais l’équipe locale mettait du rythme pour augmenter son avantage au marquoir. Toutefois, elle manquait de précision dans le dernier geste pour y parvenir. A la 13e minute, la Belgique obtenait un premier penalty mais la tentative de Tom Degroote était arrêtée à même la ligne par le capitaine allemand. Mais, dans la minute suivante, Jesper Kamlade doublait l’avance des siens sur p.c. avant que Raphael Hartkopf n’inscrive le numéro 3 en moins d’une minute. A 4 secondes de la mi-temps, les Lions obtenaient un stroke suite à une faute sur Philippe Simar. Tom Degroote réduisait l’écart (3-1) et redonnait un peu d’espoir aux siens.

Le retour des vestiaires était tout aussi catastrophique que l’entame de match avec 2 buts encaissés en seulement 20 secondes des œuvres de Jan Schieffer (auteur de 4 buts au total). Les Belges étaient réellement K.O. debout. Et la correction était pourtant loin d’être encore terminée. Les Lions étaient tout simplement dépassés et ne pouvaient rien faire pour contrer les assauts adverses qui ne faiblissaient pas. Jesper Kamlade et Jan Schieffer (2) enfonçaient encore un peu plus le clou. (26e, 28e et 30e sur penalty). Le dernier quart-temps était interminable et les Allemands soignaient le spectacle devant des leurs supporters qui profitaient du spectacle. Thies Prinz, Paul Doesch, Raphaël Hartkopf et Philip Schmid s’en donnaient à cœur joie et fixaient le score final à 12-1.

Photo : EHF/Frank Uijlenbroek

« Nous n’avons clairement rien pu faire face à une très belle équipe allemande », reconnaissait Alex De Chaffoy qui ne cherchait pas la moindre excuse au moment de débriefer cette entrée en matière totalement loupée. « Nous avons tenu un mi-temps mais malheureusement nous avons manqué cruellement de concentration au retour des vestiaires. Ils ont fait le break et nous avons perdu notre structure. Et nous avons payé le prix fort face à une équipe de cette qualité. Mais attention, cette défaite ne change pas grand chose car nous savions déjà qu’il nous faudrait gagner au moins un match ce vendredi pour continuer à envisager une place dans le dernier carré. Je regrette juste d’avoir encaissé autant de buts. Ce n’est pas bon pour le goal-average. Il faudra réagir mentalement lors de notre 2e rencontre et corriger toutes les petites erreurs que nous avons commises dans certains schémas tactiques. Mais je pense également que nous allons affronter un adversaire qui sera beaucoup moins fort que l’Allemagne. »

Jérôme Truyens ne pouvait évidemment pas contredire son entraineur. « Il n’y a rien à dire à l’issue de cette rencontre. Ils ont marqué des buts incroyables même si certains pouvaient être évités. Prendre une telle tatouille en match d’ouverture, cela fait très mal. Ils ont profité de la moindre de nos erreurs. Ils ont été incroyables et nous, de notre côté, nous aurions pu être meilleur. Il n’y a rien de plus à ajouter à l’issue de cette prestation même si le score est très sévère. Il va falloir gagner les 2 autres matchs pour jouer les demi-finales. Il faut oublier cette rencontre au plus vite et faire un reboot total pour le match de tout l’heure. »

Face aux Pays-Bas (18h30), il ne faudra donc plus spéculer. La victoire sera obligatoire face aux Néerlandais qui ont, de leur côté, remporté leur premier duel face à la République tchèque (2-6). Une nouvelle défaite signifierait quasiment la fin des espoirs pour atteindre le dernier carré. Une réaction d’orgueil est donc attendue…

Laurent Toussaint (à Berlin).

Photo : John Thys (Belga).

Commentaires