L’Herakles et le Beerschot trop courts pour le Top 8 européen

Même si nos 2 premiers représentants ne figuraient clairement pas parmi les favoris de ce premier tour de l’EHL, ils espéraient jouer les trouble-fêtes lors de ce week-end. Mais que ce soit pour le Beerschot, éliminé, dès samedi par Rot-Weiss Cologne, après un match où ils ont fait jeu égal avec les redoutables allemands, finalistes de l’édition précédente, ou pur l’Herakles, qui s’est incliné lourdement, dimanche, lors du 8e de finale face à Kampong qui se positionne comme l’un des prétendants au titre, la déception était palpable au moment de dresser le bilan de ce rendez-vous toujours particuliers pour les clubs belges.

« Nous avons perdu face à un adversaire beaucoup plus fort que nous. C’est aussi simple que cela », reconnaissait sans détour Nicolas De Kerpel, l’attaquant lierrois. « Si nous voulions réussir un meilleur résultat, nous ne pouvions pas nous permettre autant d’erreurs individuelles que nous en avons commis face aux Néerlandais. C’est dommage qu’ils soient parvenus à mener si rapidement par 3 buts d’écart. Cela a mis un terme à nos espoirs de rivaliser avec eux. Ils ont démontré qu’ils possédaient bel et bien l’une des meilleures équipes d’Europe. Mais cette défaite fait mal ! »

Après avoir étrillé les Autrichiens d’Arminem en réalisant le score fleuve de ces 3 jours, l’Herakles a sombré face à une équipe néerlandaise plus rapide mais surtout plus réaliste devant le but. « Nous devons absolument devenir encore plus constant », poursuivait encore le Red Lions. « Nous avons démontré que nous pouvions proposer du bon hockey, structuré et collectif. Mais, par moments, lorsque cela bloque, on a tendance à vouloir forcer par un effort individuel. C’est collectivement que nous devons trouver des solutions et c’est de cette manière que nous pourrons récolter des résultats. Si on parvient à faire cela au minimum 65 minutes par match, nous pourrons aller loin avec cette équipe. »

Du côté du Beerschot, le discours était sensiblement identique. Les Anversois ont rivalisé avec les Allemands, samedi, avant de s’incliner en fin de rencontre (1-3) et ils ont balayé les Ecossais de Grange, dimanche, en match de classement (1-7). Néanmoins, ils peuvent se montrer plus que satisfaits pour leur entrée dans le grand bain européen comme le confirmait John Goldberg, le T1 des Ours. « C’était important de ponctuer ce week-end avec un succès. Nous avons proposé un match sérieux et appliqué. C’était essentiel après notre beau duel face à Cologne. Cette expérience a soudé le groupe. Nous avons démontré face à Grange que ce résultat face aux Allemands n’était pas dû au hasard. Je sais que cette équipe a beaucoup de potentiel. Ce n’est certainement pas une surprise pour le staff. Mes joueurs travaillent très dur à l’entrainement et ils ont envie de progresser. Les jeunes ont également répondu aux attentes et ils poursuivent leur développement. Il faut à présent rester dans cette tendance positive et confirmer, dimanche prochain, face au Waterloo Ducks. »

Le Léopold sera donc le seul représentant belge lors du Final 8 qui se déroulera durant le week-end de Pâques dans un club qui sera déterminé dans les prochains jours. Exemptés du 1e tour en tant que tête de série, les Bruxellois auront fort à faire pour remporter leur quart de finale et, ensuite, espérer rêver à prendre la succession du Waterloo Ducks qui avait été sacré, en avril dernier, à Eindhoven.

Laurent Toussaint (à Barcelone).

Photo : Frank Uijlenbroek/World Sport Pic.

Commentaires