LES RED LIONS S’OFFRENT LA FINALE À ROTTERDAM !

Où s’arrêtera donc s’arrêter cette équipe belge qui nage toujours en pleine euphorie ? En s’imposant face à la Nouvelle-Zélande, en demi-finale du troisième tour de la World League, elle a disputé son 22e match sans défaite. Mais elle a surtout proposé une nouvelle prestation convaincante face à la sixième nation mondiale qui a eu le mérite d’y croire jusqu’au coup de sifflet final. De quoi satisfaire pleinement Marc Lammers qui a tout de même noté plusieurs points d’attention pour le prochain rendez-vous, fixé, dimanche, à 16h30. « Je suis content de cette prestation même si nous aurions dû tuer le match plus rapidement. La Nouvelle-Zélande a subi le jeu. A 3-1, nous avons obtenu les opportunités pour inscrire le numéro 4 mais nous avons fait preuve d’un peu trop de nonchalance devant le but adverse. Il y a pas mal d’enseignements à tirer de cet affrontement. Ils nous permettront de poursuivre encore notre progression. »

Comme à leur habitude, les Red Lions entamaient les débats sur les chapeaux de roue puisque Thomas Briels ouvrait déjà le score après cinq minutes de jeu. Et alors qu’ils dominaient largement les échanges, les Néo-Zélandais recollaient au score, un peu chanceusement sur une déviation d’Hilton Blair qui surprenait Vincent Vanasch. Mais il ne fallait que dix minutes pour que Tom Boon n’inscrive, enfin, son premier p.c. du tournoi et redonne l’avantage à ses couleurs. « Nous avons de nouveau livré un très bon match, analysait le Bruxellois. Défensivement, il n’y a de nouveaux pas grand chose à redire sur notre prestation. Nous les avons empêché développer leur jeu et nous avons constamment contrôlé la partie. Maintenant, c’est offensivement où nous devons arrêter de gaspiller. Cela aurait pu nous jouer un mauvais tour. »

La seconde période débutait comme la première puisque Tom Boon parvenait déjà à tromper la vigilance de Devon Manchester après seulement trois minutes. Et alors que la partie était à sens unique et que les Belges obtenaient plusieurs belles opportunités, Andy Hayward remettait un peu de suspense dans cette demi-finale sur p.c. Et malgré une fin de match un peu tendue avec deux belles opportunités pour les Néo-Zélandais, Vincent Vanasch se mettait une nouvelle fois en évidence en réussissant un arrêt spectaculaire sur le dernier p.c. adverse.

« Je suis déçu même si la victoire belge est logique, reconnaissait Colin Batch, l’ancien coach des Lions, à présent, à la tête des Black Sticks. Nous n’avons pas trop mal joué mais nous n’étions pas assez forts pour inquiéter notre adversaire qui a, une nouvelle fois, évolué à un haut niveau. Cette équipe joue vraiment très bien et elle est extrêmement forte physiquement. Mon groupe, lui, est encore jeune et je rappelle que nous sommes occupés à reconstruire une équipe depuis les J.O. »    

Dimanche, les Red Lions retrouveront l’Australie, en finale, du tournoi. Une rencontre au parfum de revanche pour les Kookaburras qui se méfieront très certainement de ce nouveau duel avec les Belges qui étaient parvenus à décrocher une victoire historique (3-1), vendredi dernier, lors de la première journée de la compétition. « J’espérais affronter les Pays-Bas devant un stade comble, concluait, de son côté, Thomas Briels, qui évolue dans le club néerlandais d’Oranje Zwart. Mais cela ne change finalement pas grand-chose pour nous de retrouver l’Australie. Nous voulons remporter des médailles et des titres. Mais cette place en finale nous assure, également, une participation au dernier tour de la World League, en janvier prochain, à New Delhi. Ce sera une première pour nous de disputer un tournoi officiel en Inde, dans la patrie du hockey. Mais il s’agira également d’une excellente préparation pour la Coupe du monde durant laquelle nous souhaitons briller. »

Laurent Toussaint, In le Soir, samedi 22 juin 2013.

Belgique – Nouvelle-Zélande : 3-2.
Belgique :
Vanasch, Van Doren, Luypaert, Van Strydonck, Denayer, van Aubel, Gougnard, Stockbroekx, Dekeyser, Dockier et Boon; puis : Cosyns, Dekeyser, Briels, Reckinger, Dohmen et Truyens.
Nouvelle-Zélande : Manchester, Haig, Hayward, Couzins, Hilton, Child, Burrows, Shaw, Neal, Panchia, Jenness ; puis : Muir, Inglis, Panchia, Smith, Bennett et Tarrant.
Arbitres : Nel – Montes De Oca.
Buts : 5: Briels (1-0) ; 18: Blair (1-1) ; 28: Boon (2-1) ; 38: Boon (3-1) ; 56: Hayward (3-2).
Carte verte : Boon.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *