ZOULOU BRULÉ : « L’ÉQUIPE A BESOIN D’Y CROIRE ET DE REPRENDRE CONFIANCE EN ELLE ! »

Après la décision de Murray Richards de quitter la tête de l’équipe nationale dames, tous les regards se sont naturellement tournés vers son actuel T2. Jean-Philippe Brulé a avoué sa surprise mais le temps presse et les échéances approchent à grand pas. Il ne faut donc pas tergiverser mais continuer le travail entrepris sous l’ère Richards.

Zoulou, ce départ est une grosse surprise ?
« Oui, en effet, le staff ne s’en doutait vraiment pas du tout. Il ne faut pas oublier que nous sommes revenus d’Afrique du Sud avec beaucoup d’informations et d’énergie pour la suite. Nous venions de refaire un programme complet basé sur l’expérience du stage. »

Murray explique qu’il est le temps de suivre une nouvelle approche et des idées fraîches… C’est aussi ton avis ?
« Cela fait 3 ans qu’il a repris l’équipe. Il a abattu un boulot considérable. Il a aussi remis ce groupe dans le droit chemin et s’est battu pour mettre en place une structure solide et identique à celle de l’équipe messieurs. Il a également imposé des règles, ce qui ne fût pas évident tous les jours. Je considère qu’il avait encore toute une série de choses à apprendre à cette équipe. Il est évident que le nouveau coach va pouvoir se baser sur ces acquis pour pousser l’équipe vers la qualification. »

Pour le moment, tu vas reprendre l’intérim. Tu es candidat au poste de T1 ?
« J’ai effectivement eu quelques discussions avec la fédération pour reprendre l’intérim à court terme et continuer le programme. Il est important pour ce groupe de ne pas perdre de temps vu l’échéance si proche de la Coupe d’Europe. Pour le poste de T1, ce serait un grand honneur, mais je sais que Bert Wentink a besoin d’analyser la situation et prendre la  meilleure décision pour le futur de l’équipe et du hockey féminin. »

Quelle sont les échéances à court terme ?
« Nous disputons deux matchs contre l’équipe d’Angleterre à Bisham et puis nous irons, début mai, au Champions Challenge 2, à Vienne, avec comme objectif de remporter le tournoi. Ce sera une période de transition importante pour l’équipe qui a besoin d’y croire et de reprendre confiance suite au stage en Afrique du Sud. »

Quelle a été la réaction du groupe suite au départ de Muz ?
« Nous avons eu une réunion jeudi lors de laquelle le groupe a appris la décision de Murray. Il s’en est suivit une réunion avec le directeur technique de la fédération. Ensuite, nous avons directement commencé l’entraînement. Les filles ont réagi de façon assez professionnelle. Il y aura sûrement des réactions à moyen terme. Suite à ce coup dur, j’espère que les joueuses vont se serrer les coudes afin de rester focaliser sur leur objectif : à savoir une qualification pour les J.O. »

Entretien : Laurent Toussaint


© Philippe Demaret – Okey.be

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.