GAËLLE VALCKE : « IL Y A EU UN MANQUE DE COORDINATION POUR ASSURER LA REPRÉSENTATION DU HOCKEY ! »

Treize mois après son opération de la hanche et huit mois après avoir repris la compétition, Gaëlle Valcke continue à se donner du temps pour revenir à son meilleur niveau. La Bruxelloise ne veut pas brûler les étapes même si elle souhaite ardemment oublier ses problèmes de hanches pour retrouver le groupe des Red Panthers. Mais, aujourd’hui, va se confronter à un niveau défi de taille puisqu’elle rejoint, pour quatre ans, la commission des athlètes du COIB. Une petite surprise puisque la joueuse du Wellington n’avait pas obtenu suffisamment de votes lors du suffrage organisé il y a quelques semaines. Mais heureusement pour le hockey belge, le COIB a repêché trois athlètes pour assurer une meilleure représentativité du paysage sportif de notre pays.

Gaëlle, quelle avait été ta première réaction après le vote pour la commission et ta non-élection ?
« J’étais assez étonnée que Charlotte De Vos ne rafle pas tous les votes ! (Rires) En fait, j’étais assez déçue à l’idée que le hockey n’allait pas être représenté au sein de cette commission. Vu le développement de la discipline en Belgique, ces dernières années, et son avenir prometteur sur la scène internationale, cela me paraissait impensable de ne pas avoir de représentant au sein de la commission. C’est un sport d’équipe qui est présent au JO, tant chez les hommes que chez les femmes. C’est donc une nouvelle spécificité à prendre en compte. »

Les hockeyeurs n’avaient pas réussi à se coordonner ?
« Les hockeyeurs n’ont peut-être pas voté en nombre ou il y a eu clairement un manque de coordination pour cibler le choix afin d’assurer la représentation de notre sport. »

Comment as-tu appris ta nomination ?
« C’est Jean-Michel Saive, le président de la commission, qui m’a téléphoné pour m’annoncer la bonne nouvelle. Il m’a expliqué qu’il y avait encore trois personnes à désigner pour répondre aux différents critères de représentation et que j’étais l’une d’entre elles. C’était une grande surprise mais j’étais naturellement ravie de la décision. »

Quel va être concrètement ton travail au sein de cette commission ?
« Mon travail sera principalement, et comme chacun des membres d’ailleurs, de représenter les droits et intérêts des athlètes belges et de faire entendre leurs voix au sein du COIB. C’est un programme très vaste évidemment. Le but est de mener des projets et de proposer des recommandations au COIB. L’avantage est que nous sommes une équipe qui travaillera, ensemble, durant quatre années consécutives. J’espère que nous pourrons ainsi développer et mener des projets concrets qui aideront les athlètes belges pendant leurs compétitions mais également dans leur quotidien. Mais tout ceci se précisera bientôt lorsque nous aurons eu notre première réunion, avant la fin du mois de décembre. »

Dernière question, est-ce que tu es enfin complètement remise de tes problèmes physiques ?
« Mon opération de l’année dernière n’a malheureusement pas permis de laisser mes ennuis physiques définitivement derrière moi. Je garde une faiblesse et des douleurs au niveau de ma hanche. Cela m’oblige chaque semaine à évaluer, avec le staff du Wellington, ce que je peux faire ou non aux entrainements. Même si je suis triste de ne pas pouvoir continuer l’aventure avec l’équipe nationale pour le moment, je suis déjà contente de pouvoir tout de même évoluer chaque semaine avec le Well. »

Entretien : Laurent Toussaint

Gaëlle Valcke face aux Pays-Bas © FIH
© FIH

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *